Comment comparer les athlètes en fonction de leur profil de vitesse de charge

Index

L’entraînement basé sur la vitesse (VBT) a gagné beaucoup d’attention ces dernières années en tant qu’outil précieux pour les entraîneurs de conditionnement physique et de force, les entraîneurs personnels et dans la communauté de la santé et de la performance en général. Cette méthode d’entraînement utilise des technologies telles que des accéléromètres ou des transducteurs de position linéaire, qui ont été montrés plus précis, pour mesurer la vitesse de mouvement pendant un exercice (par exemple, squat à la barre, press à la barre, soulevé de terre) 1,2.
Bien que la technologie derrière elle existe depuis des années, elle était généralement seulement vue dans les laboratoires de sciences sportives et avec des applications principalement dans le domaine de la recherche. Mais ce n’est qu’au cours des deux dernières décennies qu’elle a été popularisée de manière exponentielle, principalement sous l’impulsion de la disponibilité accrue de dispositifs VBT abordables et faciles à utiliser tels que Vitruve.
Cependant, cela n’aurait pas été possible sans le travail des chercheurs et des entraîneurs de force tels que Bryan Mann, Eamonn Flanagan, Mladen Jovanovic et la légion espagnole (Gonzalez Badillo, Amador Garcia, Carlos Balsalobre, Pedro Jimenez Reyes, Michael Izquierdo et bien d’autres encore) qui ont éclairé le sujet, établissant non seulement la base théorique mais aussi les applications pratiques de pointe des méthodes VBT.
La première chose à considérer est que le VBT est basé sur la relation linéaire et négative forte et stable qui existe entre la charge et la vitesse moyenne concentrique (MCV) et cela a été montré par un certain nombre de recherches 3,4. Ainsi, à mesure que la charge augmente (à condition que l’intention maximale de la soulever aussi vite que possible soit appliquée), la vitesse moyenne concentrique à laquelle cette charge se déplace diminue de manière linéaire 5,6.
Exemple de profil de charge-vitesse dans le press à la barre effectué par un joueur de rugby jeune (mesuré via le dispositif VBT Vitruve, anciennement Speed4Lifts).

Load-Velocity profileFigure 1 montre la relation entre la charge relative, exprimée en % de 1RM, et le MCV pour le développé couché. Mais allons plus loin dans la compréhension de ce type de relation.

Qu’est-ce qu’une relation linéaire?

Une relation linéaire (ou association linéaire) est un terme statistique utilisé pour décrire une relation linéaire entre une variable et une constante. Les relations linéaires peuvent être exprimées soit sous forme graphique où la variable et la constante sont reliées par une ligne droite, soit sous forme mathématique où la variable indépendante est multipliée par le coefficient de pente, ajoutée d’une constante, qui détermine la variable dépendante.

La mathématique derrière l’entraînement à la vitesse de charge

Mathématiquement, une relation linéaire est celle qui satisfait à l’équation:
linear relationship
Dans cette équation, « x » et « y » sont deux variables qui sont liées par les paramètres « m » et « b ». Graphiquement, y = mx + b est tracé dans le plan x-y sous forme de ligne avec une pente « m » et un intercept « b » sur l’axe des y. L’intercept « b » sur l’axe des y est simplement la valeur de « y » lorsque x = 0. La pente « m » est calculée à partir de deux points individuels (x1, y1) et (x2, y2) comme suit:
linear relationship
Les équations linéaires peuvent nous aider à décrire la relation entre deux variables (comme la charge et la vitesse), à calculer des taux (par exemple, à quelle vitesse la vitesse diminue à mesure que la charge augmente) ou à «prédire» la valeur d’une variable à partir des données de l’autre (par exemple, prédire la charge 1RM à partir du MCV d’une charge sous-maximale).
Lorsqu’on est présenté avec une équation linéaire, si nous connaissons la valeur d’une des variables, nous pouvons résoudre l’équation pour l’autre variable.

Un exemple réel du profil de vitesse de charge

Utilisons l’équation du profil de vitesse de charge indiquée dans la figure 1 comme exemple. Si nous connaissons la vitesse (0,68 m / s) à laquelle nous déplaçons une charge donnée (80 kg), nous pouvons résoudre le % de 1RM (x) comme suit:
linear relationship
Pour cet athlète et cet exercice en particulier, 0,68 ms/s correspond à 65,3% de 1RM. Nous pouvons effectuer la même procédure pour estimer le 1RM, mais pour cela, nous devons connaître le seuil de vitesse minimum pour cet exercice ou baser notre modèle sur la vitesse 1RM publiée dans la recherche, par exemple pour le développé couché, elle devrait être d’environ 0,13 m/s 7,8.

Charger la courbe de vitesse

La courbe de charge-vitesse est une représentation graphique de la relation inverse entre la charge et la vitesse et est basée sur la relation entre la force et la vitesse. Tenir compte de l’interaction entre la force et la vitesse et de leurs influences sur le choix de l’exercice est essentiel pour concevoir et mettre en œuvre un programme d’entraînement réussi.
La courbe de charge-vitesse est simplement une relation entre la force et la vitesse et peut donc être affichée sur un graphique x-y. L’axe des abscisses montre soit la vitesse de contraction musculaire ou la vitesse de mouvement (mètres par seconde). Tandis que l’axe des ordonnées indique la force, par exemple, cela peut représenter la force contractile musculaire ou la quantité de force de réaction au sol produite (Newtons ou Kg / F).
Une courbe de charge-vitesse peut également mettre en évidence des caractéristiques individuelles des athlètes et des forces et des faiblesses individuelles. Il peut mettre en évidence des domaines le long de la courbe charge-vitesse où un athlète donné pourrait être bon ou non, des informations que seul un test 1RM ne fournira pas, surtout parce que les améliorations dans différents spectres de la courbe sont spécifiques à l’entraînement 9-11.

load velocity profileFigure 2 : Courbe force-vitesse (puissance) par rapport à la sélection de dérivés de levage de poids pour la spécificité 12.

Mais une prudence doit être prise, même si c’est vrai que la spécificité de l’entraînement sera une meilleure approche, la promesse que l’entraînement à des points spécifiques de la courbe de charge de vitesse donnera de meilleurs résultats avec les athlètes est complètement fausse et trop simpliste. La somme et l’interaction de tous les entraînements sont la raison pour laquelle certains programmes réussissent et d’autres semblent peiner. La performance est un résultat complexe et chaotique, voire impossible à « modéliser », mais comme l’a dit George Box : « tous les modèles sont faux, mais certains sont utiles »12.

Comparer les caractéristiques des athlètes

Revenons à la courbe de charge de vitesse, les informations données peuvent être très utiles pour comparer les caractéristiques des athlètes. En examinant les pentes, nous pouvons voir si les individus sont plus déficients en vitesse ou en force et par rapport aux normes du groupe. En gros, cela peut fournir des informations sur les qualités de force de l’athlète. Plus la pente est raide, plus l’athlète est efficace pour déplacer de légères charges à des vitesses plus élevées et vice versa.

Comparison of 2 athletes Load velocity ProfilesFigure 3. Comparaison des profils de charge et de vitesse de 2 athlètes pour le développé couché. L’athlète Blueline a une pente plus raide (-1,506), ce qui signifie qu’il est plus efficace que l’athlète Redline (-1,2345) pour exprimer des vitesses plus élevées avec des charges plus légères.

En utilisant les données de la figure 3 et sans tenir compte d’autres informations (sport, position, caractéristiques individuelles, etc.), l’athlète Redline semble avoir besoin d’un entraînement plus léger/à haute vitesse tandis que l’athlète Blue Line pourrait bénéficier d’un entraînement plus lourd/à faible vitesse. Il s’agit indubitablement d’un domaine où des recherches supplémentaires sont nécessaires. Cependant, des interventions d’entraînement logiques peuvent être faites en profilant la relation charge-vitesse.
Cette approche peut être utilisée pour comparer les athlètes entre eux et également pour effectuer une comparaison pré-post entraînement. Au cours d’un bloc d’entraînement de plusieurs semaines, les charges relatives aux vitesses correspondantes sont les mêmes, quels que soient les changements des charges absolues. En conséquence d’un bloc d’entraînement de force lourd, vous devriez être en mesure d’atteindre un mouvement à des vitesses plus lentes car votre corps s’est adapté pour déplacer ces charges plus lourdes.

Comparaison des profils de charge et de vitesse de 3 athlètes différents pour le développé couché.

comparison of a load velocity profile for three different athletesFigure 4 montre une comparaison plus approfondie d’un profil de vitesse de charge pour trois athlètes différents.

Comme nous voulons peut-être comparer des athlètes ayant des poids corporels différents, il est recommandé de ne pas utiliser des charges absolues mais des charges relatives (en divisant simplement la charge externe par le poids corporel de l’athlète).
Comme mentionné précédemment, l’athlète de la ligne verte a la plus grande pente (ou la plus petite si nous prenons en compte que nous travaillons avec des valeurs négatives), ce qui signifie qu’il est plus rapide que les autres avec des charges légères. De plus, nous pouvons effectuer des calculs simples en profitant de la relation linéaire de ce modèle.
L0 est la charge «hypothétiquement» atteinte avec une vitesse de 0 (c’est pourquoi elle est supérieure à 1RM) et V0 est la vitesse atteinte si la charge est de 0, ce qui peut également être calculé à partir de l’équation (ordonnée à l’origine).
Avec ces informations, nous pouvons calculer à la fois l’aire absolue et relative sous la courbe (AUC), qui est une manière mathématique de représenter l’ensemble de la relation Charge-Vitesse. Cette approche peut être utile pour une comparaison pré-post, mais elle aide également à élargir l’analyse et à ne pas se limiter à des zones spécifiques de la courbe, mais à l’ensemble du tableau.

Applications pratiques:

J’ai mentionné auparavant, il est important de considérer la nature complexe de la performance sportive et de ne pas la simplifier. Les systèmes complexes, tels que le corps humain et le mouvement, sont bien plus qu’un ensemble de parties indépendantes. Les athlètes sont bien plus que la somme de leurs profils de charge et de vitesse et le diable se cache dans les détails.
Ainsi, chaque petit aspect peut être pertinent (par exemple, les athlètes débutants qui ne sont pas familiers avec une bonne technique de levage ne bénéficieront pas autant que les athlètes expérimentés qui utilisent VBT 13) et le profilage d’un athlète ne doit pas être un outil isolé pour la sélection des exercices ou la prescription de la charge.

  1. Le profilage force-vitesse pourrait être un outil utile pour tester, comparer et surveiller les athlètes.
  2. Pour les mouvements complexes, la courbe force-vitesse est spécifique à chaque mouvement particulier.
  3. Chaque modèle a ses limites
  4. La sélection des exercices basée sur le profil de charge et de vitesse est une approche solide, mais le CONTEXTE est toujours PRIMORDIAL.

Comment créer un profil de charge et de vitesse dans l’application Vitruve Teams

Bibliographie

Pérez-Castilla, A., Piepoli, A., Delgado-García, G., Garrido-Blanca, G. & García-Ramos, A. Reliability and Concurrent Validity of Seven Commercially Available Devices for the Assessment of Movement Velocity at Different Intensities During the Bench Press. Journal of Strength and Conditioning Research 33, 1258–1265 (2019).

  1. Harris, N. K., Cronin, J., Taylor, K.-L., Boris, J. & Sheppard, J. Understanding Position Transducer Technology for Strength and Conditioning Practitioners. Strength and Conditioning Journal 32, 66–79 (2010).
  2. Conceição, F., Fernandes, J., Lewis, M., Gonzaléz-Badillo, J. J. & Jimenéz-Reyes, P. Movement velocity as a measure of exercise intensity in three lower limb exercises. Journal of Sports Sciences 34, 1099–1106 (2015).
  3. Jidovtseff, B., Harris, N. K., Crielaard, J.-M. & Cronin, J. B. Using the load-velocity relationship for 1RM prediction. Journal of Strength and Conditioning Research 25, 267–270 (2011).
  4. González-Badillo, J. J. & Sánchez-Medina, L. Movement Velocity as a Measure of Loading Intensity in Resistance Training. Int J Sports Med 31, 347–352 (2010).
  5. González-Badillo, J., Marques, M. & Sánchez-Medina, L. The Importance of Movement Velocity as a Measure to Control Resistance Training Intensity. Journal of Human Kinetics 29A, 15–19 (2011).
  6. García-Ramos, A., Jaric, S., Padial, P. & Feriche, B. Force–Velocity Relationship of Upper Body Muscles: Traditional Versus Ballistic Bench Press. Journal of Applied Biomechanics 32, 178–185 (2016).
  7. García-Ramos, A., Pestaña-Melero, F. L., Pérez-Castilla, A., Rojas, F. J. & Gregory Haff, G. Mean Velocity vs. Mean Propulsive Velocity vs. Peak Velocity. Journal of Strength and Conditioning Research 32, 1273–1279 (2018).
  8. Morin, J.-B. & Samozino, P. Interpreting Power-Force-Velocity Profiles for Individualized and Specific Training. International Journal of Sports Physiology and Performance 11, 267–272 (2016).
  9. Jiménez-Reyes, P., Samozino, P., Brughelli, M. & Morin, J.-B. Effectiveness of an Individualized Training Based on Force-Velocity Profiling during Jumping. Front. Physiol. 7, (2017).
  10. Haugen, T. A., Breitschädel, F. & Seiler, S. Sprint mechanical variables in elite athletes: Are force-velocity profiles sport specific or individual? PLoS ONE 14, e0215551 (2019).
  11. Box, G. E. P. Science and Statistics. Journal of the American Statistical Association 71, 791–799 (1976).
  12. Padulo, J., Mignogna, P., Mignardi, S., Tonni, F. & D’Ottavio, S. Effect of Different Pushing Speeds on Bench Press. Int J Sports Med 33, 376–380 (2012).
Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]
Leandro Carbone
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

GUIDES VBT

DERNIERES PUBLICATIONS

AUTEURS EN VEDETTE

Obtenez le guide VBT gratuitement!

*

GUIDE VBT GRATUIT

*