Index

Vitesse Propulsive Moyenne vs Vitesse de Pointe

La formation basée sur la résistance à la vitesse a représenté un changement de paradigme dans la façon de concevoir la programmation, le contrôle et le suivi de l’entraînement en force ces dernières années. En outre, ses implications vont bien au-delà de l’entraînement en force lui-même, influençant la façon dont on s’entraîne pour améliorer les performances.

Il a été prouvé que l’utilisation de la VBT était une façon vraiment précise d’estimer le RM 1,2; contrôler la fatigue tout au long de la perte de vitesse 3 et fournir des commentaires pour générer un environnement concurrentiel, améliore la motivation et les performances des athlètes 4,5.

Cependant, une des questions méthodologiques les plus importantes liées à l’approche de l’entraînement basé sur la vitesse est la sélection de la variable de vitesse utilisée pour modéliser la relation charge-vitesse. La vitesse moyenne (MV; vitesse moyenne à partir du début de la phase concentrique jusqu’à ce que la barre atteigne la hauteur maximale), la vitesse propulsive moyenne (MPV; vitesse moyenne à partir du début de la phase concentrique jusqu’à ce que l’accélération de la barre soit inférieure à la gravité [-9,81 m · s-1]) et la vitesse maximale (PV: valeur de vitesse instantanée maximale atteinte pendant la phase concentrique) peuvent être utilisées pour déterminer la relation charge-vitesse 2,6,7.

Les levées traditionnelles vs les ballistiques.

Dans la plupart des exercices de résistance, le mouvement commence à zéro vitesse, atteint une vitesse maximale à un moment intermédiaire de la phase concentrique du levage et, enfin, revient à zéro vitesse. Ainsi, une partie considérable de la phase concentrique est consacrée à ralentir la charge, en particulier avec une charge légère (<<50/60% 1RM) et une charge moyenne (60-75/80% 1RM) 8. Cet accélération négative (ralentissement) semble être supérieure à ce qui serait attendu uniquement en raison de l’effet de la gravité et est due à la force appliquée par l’athlète dans la direction opposée au mouvement. En conséquence, la force appliquée par l’athlète contre la charge externe est négative et, d’un point de vue cinématique, le mouvement peut être subdivisé en une phase «propulsive» (F>> 0) et une phase «de freinage» (F <<0) 8.

Figure 1 – Contribution relative des phases propulsives et de freinage à la durée concentrique totale lors de l’exercice de pression de banc 8
Figure 2 – Comparaison entre la pression sur le banc effectuée avec 20% et 80% 1RM. À mesure que la charge augmente, la phase de rupture se raccourcit et la phase d’accélération augmente. La vitesse diminue à mesure que le temps nécessaire pour atteindre la vitesse maximale augmente lorsque la charge est plus importante.

D’un côté, dans un exercice de tir balistique, il y a une force initiale rapide et puissante appliquée suivie d’une projection du corps, du chargement ou de l’outil dans l’air 9. Cela s’applique aux sauts, aux lancers et également aux levées olympiques et il semble que chaque levée balistique ait un moment défini au cours duquel la vitesse de pointe est atteinte. Dans le cas des levées olympiques, en supposant que la technique est correcte, elle devrait être au sommet du deuxième tir 10,11 et la vitesse de pointe des sauts est atteinte vers la fin de la phase de poussée 12,13. Donc, ce type de mouvements n’a pas de phase de décélération.

De plus, si nous, entraîneurs, pouvons créer un environnement concurrentiel dans lequel les athlètes font de leur mieux pour battre leurs coéquipiers ou leurs amis d’entraînement, il y a de grandes chances qu’ils commencent à déformer la technique (surtout avec les levées olympiques). En général, lorsqu’ils effectuent un mouvement à partir du sol, ils essaieront de soulever la barre aussi vite que possible au lieu de faire un premier tir lisse et propre et ensuite de passer à une position de tronc vertical avec les deux genoux pliés juste avant le deuxième tir. Mon entraîneur de haltérophilie Matias Muñiz, de qui j’ai appris presque tout ce que je sais sur la technique de l’haltérophilie, avait l’habitude de l’appeler « déclencheur », alors je vais l’honorer et l’appeler ainsi.
Ces mouvements « tricheurs » ne sont pas du tout souhaitables et il faut décourager les athlètes de les faire, mais c’est une chose naturelle lorsqu’on est en compétition contre quelqu’un d’autre. Il est beaucoup plus difficile de tromper la vitesse de pointe en manipulant toute une forme de mouvement pour obtenir un meilleur score.

Figure 3 – Vitesse et profil d’accélération verticale (ligne noire) et horizontale (ligne grise) d’un Snatch. a) 1er tirage; b) 2e tirage; c) phase de renversement; d) phase de réception. La vitesse verticale maximale se produit à la fin du 2e tirage lorsque l’accélération est proche de 0; pendant la phase de renversement, la vitesse et l’accélération diminuent 14.

Enfin, la dernière chose à considérer est pourquoi nous utilisons un exercice donné dans notre plan d’entraînement?. À moins que vous ne travailliez avec un haltérophile professionnel, il est probable que vous utilisiez les levées olympiques et les dérivés pour augmenter la vitesse-force et la puissance de votre stagiaire, auquel cas il n’a aucun sens d’utiliser le levage complet, mais seulement la version de traction du levage. Comme je l’ai mentionné précédemment, la puissance maximale et la vélocité se produisent autour de la deuxième traction, quelle que soit ce qui se passe après cela, du point de vue de la génération de puissance, est totalement irréel, fatigant, prenant beaucoup de temps et nécessitant de grandes compétences pour maîtriser.

Mais, et si je suis en fait un haltérophile? eh bien, dans ce cas, VBT est presque inutile. Le but d’un nettoyage ou d’un saut complet est de soulever autant de kg que possible et parce que la technique ne doit pas varier du tout en fonction du poids déplacé, la barre doit se déplacer à la même vélocité. Non, je ne défie pas les lois de la physique, mais ce qui se passe en réalité, c’est que, à mesure que le poids de la barre augmente, et que la vélocité de la barre doit rester stable, l’athlète doit augmenter la vélocité à laquelle il ou elle se positionne dans la phase de réception. Dans ce scénario, VBT n’est utile que comme outil de disponibilité ou pour suivre la fatigue, mais c’est un sujet pour un autre article.

En résumé

Les valeurs moyennes, que ce soit MPV ou MV, sont toutes deux une approximation grossière de la course de la barre, tandis que le pic ne fournit qu’une instantanée. Chaque indicateur peut être affecté par l’anatomie des athlètes (les grands ont besoin de plus de temps pour atteindre la valeur maximale que les plus petits; les hommes avec des membres plus courts et un torse plus long ont généralement un avantage à développer RFD, etc.), les caractéristiques de l’exercice (les ROM partiels ne sont pas interchangeables avec les ROM complets) et la technique (surtout observée dans les levées olympiques et les dérivés).

Les MPV semblent être plus sensibles pour détecter les changements de performance que les MV 7,8. Cependant, le contexte est essentiel et la plupart des problèmes liés aux indicateurs ont une solution heuristique. J’aime penser aux exercices comme des outils, tandis que la forme (biomécanique) est ce qui vous donne la fonction et limite ce que vous pouvez en faire.

À mon avis, les exercices traditionnels comme les squats, les développés couchés et les presses bench sont conçus « biomécaniquement » pour déplacer une grande quantité de masse. Bien sûr, l’accélération est importante (masse x accélération = force) mais de petits changements dans le modèle de mouvement sont de meilleurs choix pour générer le résultat souhaité en termes de puissance ou de vitesse de sortie. Donc, si vous voulez augmenter la vitesse dans le modèle de squat, pourquoi ne pas ajouter des bandes pour réduire la phase de freinage du mouvement, ou au lieu de faire un squat avec le 30% 1RM aussi vite que vous le pouvez (rappelez-vous, la zone de charge légère est là où les différences entre MPV et MV se manifestent), pourquoi ne pas effectuer un saut chargé?

Si le but est de produire de la puissance, des sauts et des levées olympiques (surtout des dérivés de traction) sont de meilleurs choix. Cependant, différentes distances de ROM entre les levées nécessiteront des vitesses différentes, ce qui entraînera une individualisation plus importante (une erreur courante est de définir des objectifs de vitesse pour tout le monde dans le même exercice, ce qui ne tient pas compte du problème mentionné ci-dessus). Aussi, l’un des indicateurs les plus sous-estimés, et aussi le plus important, le TEMPS. Lorsque nous mesurons la vitesse de pointe pour un exercice donné, il ne nous dit que la plus grande valeur atteinte à une phase donnée du mouvement (généralement la phase concentrique), mais il ne nous montre pas quand ou combien de temps il faut pour produire une telle valeur.

Figure 4 – Avant et après une intervention de 12 semaines axée sur l’entraînement en puissance sur la courbe de vitesse / temps et la courbe de déplacement / temps 15

De plus, il a été montré que l’entraînement n’influence pas seulement les variables de performance maximale, mais provoque également des changements dans la forme des courbes de puissance, de force, de vitesse et de déplacement dans le temps tout au long du mouvement. 15,17. En outre, ces changements ne sont pas entièrement dus à des adaptations physiologiques (c’est-à-dire une activation musculaire accrue) mais également des changements mécaniques dans la technique peuvent être un facteur contributif aux améliorations des variables de performance maximale (c’est-à-dire une plus grande profondeur de contre-mouvement peut permettre l’optimisation de la mécanique du cycle de contraction-décontraction et améliorer la performance du saut vertical) 17,18.

Figure 5 – Courbe de vitesse / temps de trois différents CMJ. La ligne rouge représente un court SSC CMJ (12,8 cm ECC ROM); La ligne verte représente un moyen SSC CMJ (21,4 cm ECC ROM) et la ligne bleue représente un long SSC CMJ (32,4 cm ECC ROM). Plus la ROM ECC augmente, plus le temps pour atteindre la vitesse de pointe est retardé (données non publiées).

Enfin, à mesure que nous nous éloignons de la zone de force maximale dans la courbe force-vitesse; la quantité de masse que nous pouvons soulever devient de plus en plus irréelle alors que la vitesse à laquelle nous pouvons déplacer ces kg devient cruciale. Sur la partie vitesse maximale de la courbe, en particulier lorsque l’explosivité est l’objectif, il n’est peut-être pas aussi important de mesurer la vitesse que d’autres variables clés telles que le temps nécessaire pour atteindre les valeurs maximales. Dans ce scénario, les entraîneurs doivent explorer de nouvelles méthodologies et être créatifs pour maximiser les performances. VBT peut encore jouer un rôle important, poussant les athlètes à donner leur maximum dans chaque série ou en tant que outil de suivi de la forme ou de la fatigue ou même en mesurant le temps de contact ou RSI. Qui sait comment les avancées technologiques dans le domaine des sciences du sport peuvent évoluer? Les possibilités sont infinies.

Message à emporter.

  • MPV et MV sont mieux à utiliser avec des exercices traditionnels avec des charges> >75/80% 1RM (c’est-à-dire Squat 80% 1RM).
  • MPV offre le plus grand bénéfice aux exercices de force légers où la projection de barre a lieu (c’est-à-dire Squat bandé 65% 1RM).
  • PV est surtout recommandé pour utiliser avec des sauts, des levées olympiques et des dérivés et des lancers (c’est-à-dire Sauts à la barre trapézoïdale; Lancers de banc; Tirs propres).
  • En outre, considérer l’emplacement temporel de la valeur de vélocité maximale est aussi important que la valeur elle-même.

Références

1.González-Badillo, J. J. & Sánchez-Medina, L. Movement Velocity as a Measure of Loading Intensity in Resistance Training. International Journal of Sports Medicine 31, 347–352 (2010).

2.Jidovtseff, B., Harris, N. K., Crielaard, J.-M. & Cronin, J. B. Using the load-velocity relationship for 1RM prediction. Journal of Strength and Conditioning Research 25, 267–270 (2011).

3.SÁNCHEZ-MEDINA, L. & GONZÁLEZ-BADILLO, J. J. Velocity Loss as an Indicator of Neuromuscular Fatigue during Resistance Training. Medicine & Science in Sports & Exercise 43, 1725–1734 (2011).

4.Weakley, J. et al. Show Me, Tell Me, Encourage Me. Journal of Strength and Conditioning Research 1 (2018). doi:10.1519/jsc.0000000000002887

5.Weakley, J. J. S. et al. Visual Feedback Attenuates Mean Concentric Barbell Velocity Loss and Improves Motivation, Competitiveness, and Perceived Workload in Male Adolescent Athletes. Journal of Strength and Conditioning Research 33, 2420–2425 (2019).

6.García-Ramos, A., Pestaña-Melero, F. L., Pérez-Castilla, A., Rojas, F. J. & Gregory Haff, G. Mean Velocity vs. Mean Propulsive Velocity vs. Peak Velocity. Journal of Strength and Conditioning Research 32, 1273–1279 (2018).

7.García-Ramos, A., Jaric, S., Padial, P. & Feriche, B. Force–Velocity Relationship of Upper Body Muscles: Traditional Versus Ballistic Bench Press. Journal of Applied Biomechanics 32, 178–185 (2016).

8.Sanchez-Medina, L., Perez, C. E. & Gonzalez-Badillo, J. J. Importance of the Propulsive Phase in Strength Assessment. International Journal of Sports Medicine 31, 123–129 (2009).

9.Newton, R. U., Kraemer, W. J., Häkkinen, K., Humphries, B. J. & Murphy, A. J. Kinematics, Kinetics, and Muscle Activation during Explosive Upper Body Movements. Journal of Applied Biomechanics 12, 31–43 (1996).

10.ELLIOTT, B. C., WILSON, G. J. & KERR, G. K. A biomechanical analysis of the sticking region in the bench press. Medicine & Science in Sports & Exercise 21, 450???462 (1989).

11.Samozino, P., Morin, J.-B., Hintzy, F. & Belli, A. A simple method for measuring force, velocity and power output during squat jump. Journal of Biomechanics 41, 2940–2945 (2008).

12.Gourgoulis, V., Aggeloussis, N., Garas, A. & Mavromatis, G. Unsuccessful vs. Successful Performance in Snatch Lifts: A Kinematic Approach. Journal of Strength and Conditioning Research 23, 486–494 (2009).

13.Mastalerz, A., Szyszka, P., Grantham, W. & Sadowski, J. Biomechanical Analysis of Successful and Unsuccessful Snatch Lifts in Elite Female Weightlifters. Journal of Human Kinetics 68, 69–79 (2019).

14.Chavda, S. et al. Force-Time Characteristics of the Countermovement Jump. Strength and Conditioning Journal 40, 67–77 (2018).

15.Cormie, P., McBride, J. M. & McCaulley, G. O. Power-Time, Force-Time, and Velocity-Time Curve Analysis during the Jump Squat: Impact of Load. Journal of Applied Biomechanics 24, 112–120 (2008).

16.Nagao, Kubo, Tsuno, Kurosaka & Muto. A Biomechanical Comparison of Successful and Unsuccessful Snatch Attempts among Elite Male Weightlifters. Sports 7, 151 (2019).

17.Cormie, P., McBride, J. M. & McCaulley, G. O. Power-Time, Force-Time, and Velocity-Time Curve Analysis of the Countermovement Jump: Impact of Training. Journal of Strength and Conditioning Research 23, 177–186 (2009).

18.Pérez-Castilla, A., Rojas, F. J., Gómez-Martínez, F. & García-Ramos, A. Vertical jump performance is affected by the velocity and depth of the countermovement. Sports Biomechanics 1–16 (2019). doi:10.1080/14763141.2019.1641545

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]
Leandro Carbone
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

GUIDES VBT

DERNIERES PUBLICATIONS

AUTEURS EN VEDETTE

Obtenez le guide VBT gratuitement!

*

GUIDE VBT GRATUIT

*