RPE vs VBT?

Index

La question que tout le monde a été mourir pour savoir: RPE VS VBT

L’autorégulation subjective (via RPE) et objective (via VBT) ont été soutenues comme étant supérieures au PBT. Cependant, comment les comparer directement? Rejoignez-moi alors que je plonge dans la première étude à comparer ces deux méthodes d’autorégulation.

Points clés

  1. Cette étude était la première à comparer la prescription de charge basée sur la RPE vs la vitesse sur les gains en force 1RM au squat et à la pression
  2. La prescription de charge basée sur la vitesse a entraîné plus de deux fois les améliorations en force 1RM au squat et à la pression par rapport à la prescription de charge basée sur la RPE
  3. Bien que cette étude soit la seule à comparer ces deux méthodes d’autorégulation, il existe de solides preuves suggérant que l’intégration de la vitesse à la RPE pourrait être la méthode de prescription de charge optimale pour individualiser la charge afin d’obtenir les plus grandes améliorations en force 1RM.

Introduction

Wow! Les résultats de cette étude sont vraiment étonnants. Ils sont vraiment stupéfiants. Malgré ses limitations, cette étude présente des preuves permettant de soutenir que l’entraînement basé sur la vitesse (VBT) a permis des améliorations du un maximum de répétitions (1RM) de plus de deux fois sur le squat et la pression de banc par rapport à l’entraînement basé sur la perception de l’effort (RPE) pendant toute une période de 6 semaines (1).
Maintenant, certains d’entre vous pensent peut-être: « VBT est meilleur que RPE! » Ou bien, certains d’entre vous pensent peut-être: « C’est seulement une étude. RPE est meilleur que VBT! » Je vais commencer ce blog post en explicitement en déclarant que je pense personnellement qu’un cadre conceptuel intégrant à la fois VBT et RPE est le modèle optimal pour un programme d’entraînement en résistance individualisé et autorégulé. Cependant, je dois également déclarer que optimal est unattainable. Pourquoi? Nous pouvons toujours améliorer. Il y aura toujours plus de recherches, plus de discussions, plus d’apprentissage. Si vous me demandez, je trouve ça vraiment cool. Cela signifie que, à mesure que la science s’améliore, les entraîneurs et les athlètes peuvent améliorer conjointement.
En science, nous comparons généralement un concept à un autre concept. Pourquoi? En tant que scientifiques, nous devons nous assurer que les variables dépendantes sous investigation ne sont dus qu’aux manipulations de la variable indépendante et non pas à des variables extérieures. En termes les plus simples, les chercheurs comparent généralement un concept à un autre concept et tout le reste est le même (ou du moins contrôlées autant que possible). En pratique, cela conduit souvent certains entraîneurs et athlètes à penser que « A » est supérieur à « B », ou vice versa. Cependant, en pratique, ce processus de pensée en noir et blanc que les concepts issus de la littérature scientifique sont mutuellement exclusifs est particulièrement problématique. Pourquoi? La littérature scientifique nous fournit, en tant qu’entraîneurs et athlètes, des concepts. C’est tout. Enfin, presque tout. Maintenant que nous avons ces concepts issus de la littérature, nous devons identifier quelles sont les composantes des concepts qui sont bénéfiques, nous devons intégrer ces concepts bénéfiques, puis appliquer ces concepts en pratique. Ce concept, que nous devons penser conceptuellement (whoa … un peu d’inception ici) est ce que je voudrais que vous gardiez à l’esprit en lisant cet article, ainsi que les futurs articles et webinaires.
Bon, maintenant, revenons au débat VBT vs RPE. À ce jour, il n’y a eu que 4 études longitudinales comparant l’autorégulation à la charge fixe sur les adaptations de force: deux études sur RPE vs entraînement basé sur les pourcentages (PBT; 2, 3), et deux études sur VBT vs PBT (4, 5). L’une des deux études sur RPE vs PBT a montré des adaptations de force significativement plus élevées pour le groupe RPE (3), tandis que l’autre étude n’a montré aucune différence entre les groupes (2). De manière similaire, l’une des deux études sur VBT vs PBT a montré des adaptations de force significativement plus élevées pour le groupe VBT (4), tandis que l’autre étude n’a montré aucune différence entre les groupes non plus (5). Surprenamment, l’étude actuellement passée en revue est la première à comparer ces deux méthodes d’autorégulation de charge.

Méthodes

Objectif

L’objectif principal de cette étude était de comparer les adaptations en force et les performances métriques entre une prescription de charge basée sur la RPE et une prescription de charge basée sur la vitesse, après 6 semaines d’entraînement en résistance.

Hypothèse

Aucune hypothèse directe n’a été fournie et les auteurs semblaient impartiaux envers l’une ou l’autre méthode d’autorégulation de la charge.

Question de recherche

Laquelle des deux méthodes d’autorégulation de la charge est la plus efficace pour provoquer des adaptations en force et des performances au cours d’une période de 6 semaines d’entraînement : RPE ou VBT ?

Sujets

Au total, 20 joueurs de rugby semi-professionnels du Royaume-Uni ayant au moins 2 ans d’expérience dans l’entraînement en résistance ont participé à cette étude (voir le tableau 1). Un avantage majeur des sujets utilisés dans cette étude est évident : tous les sujets étaient familiers avec la RPE basée sur l’IRR, car c’était la méthode de prescription de charge la plus utilisée par le coach en force et en conditionnement physique de l’équipe.

Tableau 1 : Caractéristiques des sujets

Conception expérimentale

Cette étude a duré 12 semaines et était composée de deux blocs d’entraînement de 6 semaines: un bloc de force maximale suivi d’un bloc de vitesse de force. En d’autres termes, un groupe a effectué VBT pendant le bloc d’entraînement initial de 6 semaines, suivi d’un entraînement basé sur la RPE pendant les 6 semaines suivantes, tandis que l’autre groupe a effectué l’inverse (Figure 1).

Figure 1: Conception expérimentale

Cette étude a utilisé une conception en croisement aléatoire; cependant, ce n’était pas un véritable croisement aléatoire. Bien que les conceptions en croisement aléatoire présentent des avantages, la manière dont elles ont été menées dans cette étude soulève deux principales limitations. Premièrement, il n’y avait pas de période de lavage entre les deux blocs d’entraînement. Deuxièmement, les deux blocs d’entraînement n’étaient pas identiques. Ces deux points sont importants afin de limiter les effets de second ordre et de garantir que les effets observés sont attribuables à la condition étudiée et non à une exposition antérieure à un stimulus.

Figure 2. Étude en croisement aléatoire véritable
Figure 3. Conception de l’étude longitudinale

Protocole d’entraînement

Les protocoles d’entraînement basés sur la RPE et la vitesse étaient identiques; Différant uniquement dans leur méthode d’autorégulation de la charge. Néanmoins, les deux groupes ont reçu des charges conçues pour correspondre au même pourcentage de 1RM. Plus précisément, les auteurs ont adopté une table pour les valeurs normatives basée sur des recherches précédentes pour établir la relation entre le pourcentage de 1RM, la RPE et le VBT (Tableau 2). Une limitation majeure de cette approche est qu’il est bien établi que la vitesse doit être individualisée (6); cependant, dans un environnement d’équipe, l’utilisation de profils de vitesse universels est généralement plus faisable. La séance de force maximale était composée de 4 séances par semaine avec 3 exercices par séance, tandis que la séance de force de vitesse était composée de 3 séances par semaine avec 4 exercices par séance. De plus, sur chaque exercice, la séance de force maximale était composée de 8 séries de 3 répétitions à 85-90% de 1RM avec des intervalles de repos de 90-120 secondes, tandis que la séance de force de vitesse était composée de 6 séries de 4 répétitions à 70-80% de 1RM avec des intervalles de repos de 120 secondes. Le protocole d’entraînement spécifique pour la séance de force maximale et de force de vitesse est illustré dans le Tableau 3 et le Tableau 4, respectivement.

Intensity prescriptionsTableau 2. Prescriptions d’intensité
Tableau 3. Bloc 1 : Force maximale
Tableau 4. Bloc 2 : Force Vitesse

Tout au long de la semaine 1 de chaque bloc d’entraînement, les sujets ont choisi eux-mêmes les charges appropriées pour la première série de chaque exercice correspondant à l’intensité prescrite. Sur les sets suivants, si la vélocité ou la RPE correspondaient à l’intensité prescrite, aucun ajustement de charge n’a été fait. Toutefois, si la vitesse de deux reps était en dehors de la plage de vitesse prescrite ou si le RPE enregistré était en dehors de la plage de RPE prescrite, la charge était augmentée ou diminuée en conséquence. Peu importe le nombre de répétitions qui étaient en dehors de la plage de vélocité prescrite ou à quel point l’RPE enregistré était éloigné de l’RPE prescrite, la charge a été ajustée de 5 kg et de 1 kg pour les exercices avec barre et haltères, respectivement. L’charge utilisée pour le premier ensemble de chaque session d’entraînement de la semaine suivante était l’charge utilisée pour le dernier ensemble de la session d’entraînement de la semaine précédente. Une limitation de la prescription de charge pour le groupe VBT est que l’accéléromètre PUSH band était utilisé; Cependant, il a été démontré qu’il avait une validité (précision) et une fiabilité (consistance) significativement plus faibles que le transducteur de position linéaire Speed4Lifts à la surveillance de la vitesse de la barre.

Analyse statistique

Cette étude a analysé les données avec des inférences basées sur la magnitude (MBI); Une méthode d’analyse des données qui a gagné en popularité dans les études scientifiques sur l’exercice ces dernières années. Sans plonger dans un excès de détails, quelques chercheurs sont des partisans de cette méthode statistique, tandis que la plupart des statisticiens ne le sont pas. En bref, dans les études scientifiques sur l’exercice composées de petits échantillons à taille modérée, les inférences basées sur la magnitude réduisent considérablement les taux d’erreur de type II; Cependant, ils gonflent considérablement les taux d’erreur de type I. Une illustration des erreurs de type I et de type II est illustrée dans la figure 4.

Figure 4. Erreurs de type I et de type II

Résultats

1. La force sur le squat et la pression sur la banquette ont été évaluées avant le protocole d’entraînement, après la première période de 6 semaines de force maximale, et après la dernière période de 6 semaines de vitesse de force. Les résultats sont présentés sous forme de changement moyen de force de chaque méthode d’autorégulation. Le changement global de 1RM au squat pour le groupe VBT était de 7,5 %; par exemple, le groupe VBT a pu augmenter son 1RM au squat de 6,5 % pendant la première période d’entraînement de 6 semaines, et le groupe VBT a pu augmenter son 1RM au squat de 8,5 % pendant la dernière période d’entraînement de 6 semaines. Bien sûr, en se basant sur la présentation des résultats, il est malheureusement impossible de déterminer le changement de force après chaque période d’entraînement de 6 semaines en particulier. De préférence, j’aurais apprécié que les auteurs rapportent les changements de force de 1RM après la période de 6 semaines de force maximale et la période de 6 semaines de vitesse de force seuls, afin de discerner des effets de second ordre.
Cependant, jetons un coup d’œil aux résultats spécifiques de cette étude (Figure 5). Les améliorations de force de 1RM dans le groupe VBT étaient significativement plus élevées et plus de deux fois plus élevées que celles du groupe RPE, tant au squat (p = 0,00001) qu’au bench press (p = 0,003). Le 1RM au squat a augmenté de 7,5 ± 1,5 et de 3,5 ± 0,8 % dans les groupes VBT et RPE, respectivement. La pression sur la banquette a augmenté de 7,7 ± 2,1 et de 3,8 ± 0,9 % dans les groupes VBT et RPE, respectivement. De plus, les tailles d’effet étaient de 1,37 et de 0,98 en faveur du groupe VBT au squat et au bench press, respectivement.

Figure 5

Discussion

Dans la première comparaison jamais effectuée entre la VBT et la prescription de charge basée sur l’RPE, il était évident que la VBT était la championne. Cependant, la vraie question est : pourquoi ? Pourquoi la VBT a-t-elle eu le dessus ? Tout d’abord, concentrons-nous uniquement sur cette étude. Deuxièmement, comparons-la aux études précédentes sur la prescription de charge.

Pourquoi la VBT semble-t-elle provoquer des gains supérieurs à ceux de l’RPE ?

Le premier aspect de cette étude qui me frappe vraiment, c’est la différence hypothétique que j’ai supposée en RPE ou en répétitions en réserve (RIR). Pour mieux expliquer, des preuves antérieures ont montré que les individus ont tendance à sous-estimer considérablement leurs évaluations subjectives de l’RPE (7). En outre, sur la base de données précédentes de Helms et al. (2018), lorsque le volume défini est égal, l’entraînement à des RPE plus élevés tend à être supérieur à celui à des RPE plus faibles en ce qui concerne les adaptations de force. Dans cette étude, malgré le fait qu’un groupe utilise l’RPE pour prescrire une charge et l’autre un pourcentage de 1RM pour prescrire une charge, les sujets fournissent des valeurs d’RPE et les investigateurs enregistrent ces valeurs d’RPE sur chaque série tout au long de l’étude d’entraînement de 8 semaines. Les valeurs moyennes d’RPE au squat ont été significativement plus élevées (p = 0,04) pour le groupe RPE (7,2 ± 0,3) que pour le groupe PBT (6,5 ± 1,0). En outre, les valeurs moyennes d’RPE au bench press ont été significativement plus élevées (p < 0,001) pour le groupe RPE (7,3 ± 0,3) que pour le groupe PBT (5,8 ± 1,0).
Dans l’étude actuellement passée en revue, pourquoi la VBT a-t-elle entraîné des améliorations significatives de la force 1RM par rapport à l’RPE si les pourcentages de 1RM des deux groupes étaient censés être équivalents ? Le groupe RPE était probablement en train de s’entraîner à une proximité inférieure de l’échec et à une intensité relative inférieure à celle prescrite ; cependant, le groupe VBT était probablement en train de s’entraîner à proximité de la proximité prescrite de l’échec et de l’intensité relative. Soyez conscient que le RIR prévu pour le bloc de force maximale et le bloc de vitesse de force était en moyenne de 1,25 et 2,5. La figure 6 illustre ce que j’hypothétise être la proximité de l’échec en termes de répétitions en réserve (RIR) entre les groupes VBT et RPE. Notez que les barres d’erreur sont approximativement les mêmes pour les groupes VBT et RPE. Pourquoi est-ce le cas ? Le groupe VBT n’a pas utilisé de profils de vitesse de charge individualisés ; ainsi, bien que la plupart des sujets soient probablement proches du RIR prévu en moyenne, beaucoup étaient probablement quelque part au-dessus ou en dessous de ce RIR prévu. Bien sûr, nous nous attendrions à ce que ces barres d’erreur apparaissent avec le groupe RPE, car les scores d’RPE ont tendance à être inexacts.

Figure 6

La deuxième raison principale pour laquelle je pense que VBT peut être supérieure à RPE est due au fait que la vélocité possède un composant de rétroaction inhérent. « Landyn, tu prends ton entraînement au sérieux » ou « Landyn, pourquoi prends-tu tes échauffements au sérieux ? » ou « Landyn, pourquoi soulèves-tu de manière si explosive pendant chaque répétition ? » Ce sont des questions que je reçois fréquemment. J’ai toujours entraîné avec intention. Cependant, je pense que l’intégration de la vélocité dans l’entraînement rend l’entraînement intentionnel beaucoup plus important. Chaque séance, chaque série, chaque répétition est une compétition entre vous et la vélocité. Cela semble ridicule ? Non, nous avons des données qui soutiennent que la rétroaction de vélocité améliore la compétitivité et la motivation à s’entraîner (8). Enfin, lorsqu’ils sont dans un environnement d’équipe, je pense qu’une atmosphère compétitive entourant la vélocité est créée entre les coéquipiers dans une tentative de soulever plus vite les uns que les autres. En d’autres termes, que vous vous entraîniez seul ou avec d’autres, le composant compétitif inhérent de VBT offre un avantage supplémentaire.
La troisième raison principale pour laquelle je pense que VBT offre un avantage supplémentaire sur RPE repose sur la raison précédente. L’intégration de VBT garantit que chaque répétition est effectuée de manière intentionnelle avec une vélocité concentrique maximale. L’entraînement avec une vélocité concentrique maximale par rapport à une vélocité concentrique maximale a été démontré pour produire des améliorations supérieures en 1RM pour le squat (9 ; ES : 0,63 vs 0,15) et le bench press (10 ; 18,2 vs 9,7 %). Je ferais l’argument avec prudence que, en moyenne, les individus utilisant RPE – bien qu’ils ne soient pas à vélocité concentrique maximale – ne fournissent probablement pas une vélocité concentrique maximale complète sur chaque répétition, surtout lorsque les répétitions par série sont plus élevées, car ils n’ont aucune rétroaction objective concernant la vélocité de chaque répétition.

Études PBT vs RPE

Dans l’introduction, j’ai mentionné qu’il y avait actuellement 5 études portant sur une des méthodes d’autorégulation (VBT ou RPE). Maintenant, regardons les résultats spécifiques de chaque étude. Une fois de plus, une étude sur chaque type de méthode d’autorégulation (VBT ou RPE) a démontré des améliorations significatives de la force par rapport à la PBT traditionnelle. Comparons les résultats de l’étude actuellement passée en revue avec ceux des études précédentes, en nous concentrant d’abord sur les études PBT vs RPE.
Les pourcentages de changement de 1RM au squat et au bench press dans l’étude actuellement passée en revue du groupe VBT sont légèrement inférieurs à ceux du groupe d’autorégulation (RPE dans ce cas) de Helms et al. (2018), qui était une étude d’entraînement de 8 semaines, et de Graham & Cleather (2019), qui était une étude d’entraînement de 12 semaines (Tableau 5). Cependant, le pourcentage de changement de 1RM au squat pour le groupe RPE représente environ un tiers de celui rapporté par Helms et al. (2018) et Graham & Cleather (2019). De plus, le pourcentage de changement de 1RM au bench press pour le groupe RPE représente environ la moitié de celui rapporté par Helms et al. (2018). Pourquoi cela ? Eh bien, c’est probablement parce que dans l’étude actuelle, le squat n’était entraîné qu’une fois par semaine pendant la première période, et le squat n’était même pas entraîné pendant la deuxième période, le squat box étant entraîné. De plus, le bench press était entraîné une fois par semaine et le bench press incliné était entraîné une fois par semaine pendant la première période, alors que le bench press était entraîné deux fois par semaine et le bench press incliné était entraîné une fois par semaine pendant la deuxième période. Cependant, dans l’étude de Helms et al. (2018), le squat et le bench press étaient entraînés 3 fois par semaine. De plus, dans l’étude de Graham et Cleather (2019), le squat et le front squat étaient entraînés une fois par semaine, les jours séparés. En d’autres termes, la fréquence d’entraînement et le volume d’entraînement spécifiques au squat et au bench press, ainsi que la période d’entraînement plus longue dans les études de Helms et al. (2018) et de Graham et Cleather (2019), peuvent expliquer cette discrepancy.

Tableau 5. Des études de entraînement à long terme PBT vs RPE

Études PBT vs VBT

Les deux études sur le PBT vs VBT sont illustrées dans le Tableau 6. Dans l’ensemble, les changements de pourcentage de 1RM de squat et de bench press du groupe VBT dans l’étude actuellement passée en revue sont en alignement avec les résultats de Dorrell et al. (2019), qui était également une étude d’entraînement de 6 semaines. Cependant, les résultats de Dorrell et al. (2019) sont légèrement plus élevés, ce qui est probablement largement dû au fait que le protocole d’entraînement en résistance employé était plus agressif. Cependant, pourquoi Orange et al. (2017) n’ont-ils observé aucune différence entre PBT et VBT? Sans rentrer dans les détails, le protocole d’entraînement en résistance dans l’étude Orange et al. (2017) n’était tout simplement pas assez agressif pour observer une quelconque différence entre les groupes et l’hypertrophie progressive était minime.

Tableau 6. Des études de formation à long terme PBT vs VBT

Directions futures

Maintenant que nous avons une étude de formation à long terme comparant la RPE au profil de charge de vitesse de groupe pour la prescription de charge, la prochaine étape consiste à comparer les profils de charge individualisés, à la formation basée sur la PBT individualisée et à la formation basée sur la RPE. Réaliste, quelqu’un conduit probablement une étude similaire quelque part, et nous ne le savons simplement pas encore. Je sais que cette étude actuellement passée en revue était une longue attente, mais personne ne savait quand elle allait arriver.
Ma hypothèse des résultats d’une étude de résistance à long terme de 8 semaines comparant ces trois méthodes d’autorégulation de charge est présentée sur la figure 7. Pour clarifier, je ne pense pas que les sujets doivent s’entraîner à une RPE prescrite de 8 (2 RIR) pendant toute la durée de l’étude, plutôt que je l’ai simplement présentée ici pour faciliter l’interprétation. Je pense que le groupe VBT individualisé serait pratiquement exact chaque semaine avec le RIR prescrit. Je pense que le groupe RPE sous-estimerait généralement son RIR en moyenne. Cependant, étant donné que la plupart des sujets obtenus pour les études sont peu familiers avec l’échelle RIR-RPE basée sur le RIR avant leur participation, leurs évaluations subjectives RPE pourraient légèrement s’améliorer au fil du temps et ils pourraient se rapprocher du RIR prescrit prévu vers la fin de l’étude, mais je pense toujours que ce serait très loin. Enfin, je pense que le groupe PBT individualisé serait très proche de son RIR au début; cependant, au fur et à mesure que l’étude se poursuivrait, ils seraient probablement à un RIR de plus en plus élevé car leur 1RM prédéterminé dépasserait leur 1RM réel. Dans l’ensemble, je pense que les adaptations de force seraient considérablement plus importantes pour VBT par rapport à RPE et PBT individualisés. En outre, je pense que RPE serait légèrement supérieur à PBT individualisé, mais sans différence statistiquement significative entre eux.

Figure 7

Applications pratiques:

Le conceptuel. Encore ce mot. Rappelez-vous, cette étude ne nous fournit que le concept que la VBT peut avoir un avantage sur la RPE. Cela étant dit, en fonction de mon expérience en tant qu’étudiant et chercheur, ainsi que d’entraîneur et d’athlète, je pense que le modèle «optimal» pour une approche individualisée et autorégulée est un cadre conceptuel intégrant la VBT, la RPE et le % de 1RM. Si vous êtes intéressé par la façon de développer ce modèle pour le powerlifting et de l’appliquer de manière pratique dans votre propre entraînement, consultez mon séminaire original. Si vous avez apprécié le séminaire original et que vous recherchez quelque chose de plus approfondi, consultez ma Série de Séminaires.

Résumé.

Il n’y a pas grand-chose d’autre à dire; la vitesse a pris la première place dans cette étude. Un résumé des avantages et des limitations de cette étude est présenté aux tableaux 7 et 8, respectivement.

Tableau 7: Avantages
Tableau 8: Limites

Points clés à retenir

  1. Dans la première étude à comparer la charge basée sur la vitesse vs la charge basée sur le RPE sur les gains de force 1RM, la vitesse était clairement le champion
  2. Il y a plusieurs explications possibles quant à pourquoi la vitesse a battu le RPE dans cette étude : proximité plus étroite de l’échec, entraînement plus intentionnel et vitesse concentrique moyenne plus rapide
  3. Les athlètes devraient développer leurs propres profils de charge-vitesse individualisés intégrant la PBT, le RPE et la VBT pour des résultats de performance optimaux

Références

  1. Shattock, K, and Tee, JC. Autoregulation in resistance training: a comparison of subjective versus objective methods. The Journal of Strength and Conditioning Research [Epub ahead of print], 2020.
  2. Helms, ER, Byrnes, RK, Cooke, DM, Haischer, MH, Carzoli, JP, Johnson, TK, Cross, MR, Cronin, JB, Storey, AG, and Zourdos, MC. RPE vs percentage 1RM loading in periodized programs matched for sets and repetitions. Frontiers in Physiology 9: 247, 2018.
  3. Graham, T, and Cleather, DJ. Autoregulation by “repetitions in reserve” leads to greater improvements in strength over a 12-week training program than fixed loading. The Journal of Strength and Conditioning Research, [Epub ahead of print], 2019.
  4. Dorrell, H, Gee, TI, and Smith, MF. Comparison of velocity-based and traditional percentage-based loading methods on maximal strength and power adaptations. The Journal of Strength and Conditioning Research 34(1): 46 – 53, 2020.
  5. Orange, ST, Metcalfe, JW, Robinson, A, Applegarth, MJ, and Liefeith, A. Effects of in-season velocity- versus percentage-based training in academy rugby league players. International Journal of Sports Physiology and Performance Oct 30: 1 – 8, 2019.
  6. Helms, ER, Storey, AG, Cross, MR, Brown, SR, Lenetsky, S, Ramsay, H, Dillen, C, and Zourdos, MC. RPE and velocity relationships for the back squat, bench press, and deadlift in powerlifters. The Journal of Strength and Conditioning Research 31(2): 292 – 297, 2017
  7. Zourdos, MC, Goldsmith, JA, Helms, ER, Trepeck, C, Halle, JL Mendez, KM, Cooke, DM, Haischer, MH, Sousa, CA, Klemp, A, and Byrnes, RK. Proximity to failure and total repetitions performed in a set influences accuracy of intraset repetitions in reserve-based rating of perceived exertion. The Journal of Strength and Conditioning Research [Epub ahead of print], 2019.
  8. Weakley, JJS, Wilson, KM, Till, K, Read, DB, Darrall-Jones, J, Roe, GAB, Phibbs, PJ, and Jones, B. Visual feedback attenuates mean concentric barbell velocity loss and improves motivation, competitiveness, and perceived workload in male adolescent males. The Journal of Strength and Conditioning Research, 33(9), 2019.
  9. Pareja-Blanco, F, Rodriguez-Rosell, D, Sanchez-Medina, L, Gorostiaga, EM, and Gonzalez-Badillo, JJ. Effect of movement velocity during resistance training on neuromuscular performance. International Journal of Sports Medicine 35(11), 916 – 924.
  10. Gonzalez-Badillo, JJ, Rodriguez-Rosell, D, Sanchez-Medina, L, Gorostiaga, EM, and Pareja-Blanco, F. Maximal intended velocity training induces greater gains in bench press performance than deliberately slower half-velocity training. European Journal of Sports Science 14(8), 772 – 781.
Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

GUIDES VBT

DERNIERES PUBLICATIONS

AUTEURS EN VEDETTE

Obtenez le guide VBT gratuitement!

*

GUIDE VBT GRATUIT

*