Entraînement au hockey pour gagner en force et en vitesse

Index

Le hockey est un sport très pratiqué dans certaines régions de la planète comme le Canada ou les États-Unis. L’hockey sur glace a ses origines au Canada où un groupe d’étudiants universitaires a décidé de commencer à créer le sport qui est aujourd’hui pratiqué par plus de 500 000 personnes aux États-Unis. Entre autres choses, les étudiants de l’Université McGill ont créé la première réglementation de hockey et ont créé le premier club de hockey sur glace. Depuis lors, c’est un sport qui a connu une croissance exponentielle et qui bouge actuellement des millions de masses dans certains pays d’Amérique et d’Europe.

L’hockey sur glace, comme les autres sports d’équipe, est actuellement orienté vers l’amélioration de la condition physique. Ces dernières années, nous voyons dans tous les sports d’équipe que la condition physique et la force musculaire peuvent faire gagner ou perdre une équipe. Cela devient beaucoup plus important dans un sport comme l’hockey sur glace où il y a beaucoup de contact physique et où c’est important. Cependant, en plus d’avoir une composante physique élevée, nous ne pouvons pas non plus oublier que dans n’importe quel sport, la vitesse de réaction et la vitesse maximale sont essentielles à une meilleure performance.

Le hockey est un sport très pratiqué dans certaines régions de la planète comme le Canada ou les États-Unis. Le hockey sur glace a ses origines au Canada où un groupe d’étudiants universitaires a décidé de commencer à créer le sport qui est aujourd’hui pratiqué par plus de 500 000 personnes aux États-Unis. Parmi d’autres choses, les étudiants de l’Université McGill ont créé la première règle de hockey et ont créé le premier club de hockey sur glace. Depuis lors, c’est un sport qui a été en croissance exponentielle et qui déplace actuellement des millions de masses dans certains pays d’Amérique et d’Europe.

Le hockey sur glace, comme les autres sports d’équipe, est actuellement orienté vers l’amélioration de la forme physique. Ces dernières années, nous voyons dans tous les sports d’équipe que la forme physique et la force musculaire peuvent faire en sorte qu’une équipe obtienne plus de victoires ou moins. Cela devient encore plus important dans un sport comme le hockey sur glace où il y a beaucoup de contact physique et où c’est important. Cependant, en plus d’avoir une forte composante physique, nous ne pouvons pas non plus oublier qu’en tout sport la vitesse de réaction et la vitesse maximale sont essentielles à une meilleure performance.

À cet égard, dans le billet de cette semaine, notre objectif est d’analyser la littérature scientifique actuelle et de pouvoir répondre à la question de savoir si une augmentation de la force et de la vitesse peut aider à une meilleure performance au hockey sur glace. Il est déjà connu que la vitesse et l’accélération de la patinage sont décisives pour la performance dans ce sport. C’est ce que Lee et ses collaborateurs ont déclaré en 2014 (1) et Buckeridge et al. en 2015 (2) qui ont conclu en disant que de bonnes accélérations et une vitesse maximale correcte du patinage sur glace sont essentielles pour pouvoir battre le rival.

En outre, d’autres études ont constaté que ces deux caractéristiques du patinage sont liées à une plus grande force dans le train inférieur et, par conséquent, à un plus grand saut vertical et à un saut horizontal. En tenant compte de cela, nous pouvons supposer que si nous sommes capables d’augmenter la force maximale de saut et la force du corps inférieur, nous aurons une meilleure «performance» dans le hockey sur glace. Cependant, il existe de nombreuses façons d’augmenter la force musculaire du train inférieur, il sera donc intéressant de donner un exemple qui puisse servir aux professionnels.

 

Études sur l’effet de l’entraînement basé sur la force musculaire

Dans l’étude que nous allons analyser ci-dessous, Torstein et al. (2016) ont étudié l’effet de deux types d’entraînement basé sur la force musculaire sur la vitesse et l’accélération chez les athlètes de hockey sur glace (3). Les deux entraînements étaient basés sur l’entraînement de la force, mais l’un d’eux comprenait également un entraînement plyométrique. De cette façon, deux groupes qui ont effectué un entraînement de force pendant 8 semaines ont été comparés et à quoi il a été mesuré:

  • Accélération en 10 mètres
  • Vitesse en 35 mètres
  • Force d’entraînement inférieure
  • Résistance aérobique

 

En raison de l’hétérogénéité des entraînements du blog Vitruve, nous avons décidé qu’il était plus intéressant pour les entraîneurs et les lecteurs de cette section que vous ayez l’entraînement qui a été effectué. Ci-dessous, vous pouvez voir dans l’image la distribution de la charge d’entraînement qu’il y avait.

 

Hockey player workouts to build strength and speed

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou cliquer sur l’étude à laquelle nous faisons allusion.

Une fois que nous connaissons les types de formation qui ont été développés, le temps d’intervention et les variables mesurées, nous analyserons les résultats que les deux formations ont donnés. Avant de commencer, il vaut la peine de rappeler l’objectif que les auteurs de l’étude avaient, qui était de comparer une formation plyométrique ajoutée à une formation de force avec une formation de force seule dans deux variables très importantes pour la performance dans le hockey sur glace; la vitesse maximale de patinage et l’accélération.

Cela étant dit, nous voyons que le groupe qui a effectué la formation plyométrique plus la formation de force a réduit, dans une plus grande proportion, le temps passé sur le patinage de 10 mètres. Autrement dit, nous pourrions dire que l’accélération de patinage des personnes qui ont effectué cette formation était supérieure à celle du groupe qui n’a effectué que la force. Par exemple, nous voyons que le groupe de formation plyométrique et de force a diminué ou 2,8 ± 3,1% le temps pour parcourir 10 mètres de patinage alors que le groupe de force seule a diminué de 0,4 ± 2,0% (p = 0,022). Cependant, aucune différence n’a été trouvée dans le temps nécessaire pour parcourir 35 mètres. Dans l’image, nous voyons le premier exemple pré-post entre les groupes dans les tests de 10 mètres et 35 mètres consécutivement.

 

Hockey player workouts to build strength and speed

Résultats des études et leurs effets.

D’autre part, les deux entraînements ont été efficaces pour améliorer la force du bas entraînement et la résistance aérobique, trouvant des différences entre les valeurs avant et après l’entraînement. Avec ces résultats, nous pouvons déjà répondre à ce que nos collègues Torstein et al. se sont demandés en 2016 (3). L’entraînement pliométrique couplé à l’entraînement de force est une méthode efficace pour augmenter l’accélération dans le hockey sur glace sur les 10 premiers mètres, mais il ne semble pas avoir d’effet sur la vitesse totale pendant les 35 mètres par rapport à l’entraînement de force seul.

Ces résultats ont été obtenus grâce à un entraînement en dehors de la patinoire de hockey. Il semble que l’entraînement en dehors de la piste peut aider à améliorer les performances sur la piste. Cependant, quels effets peut avoir l’entraînement de force à l’intérieur de la patinoire de hockey sur les performances? Cette question a été posée par les collègues Jeffrey M. et al. en 2013 (4).

 

 

Comme nous l’avons avancé auparavant, un entraînement plyométrique ou de force est efficace pour l’amélioration non seulement de l’accélération, mais aussi d’autres paramètres tels que la force des jambes ou la résistance aérobique. Mais un entraînement de force sur la piste peut-il avoir le même effet? Nos collègues Jeffrey M. et al. (4) voulaient essayer avec des athlètes de hockey âgés de 11 à 14 ans avec une petite intervention de 4 semaines et un total de 8 séances. Pour pouvoir pratiquer le patinage sur glace de manière à améliorer les performances, ils ont utilisé une méthodologie appelée «BungeeSkate» qui consiste principalement à fixer un bandeau élastique à l’athlète de hockey et à effectuer un certain nombre de séries en avant avec cette résistance. Pour vous donner une idée, c’est très similaire à la course avec une résistance que peut offrir un parachute d’athlétisme.

Cela étant dit, regardons l’entraînement effectué par les participants qui étaient dans le groupe expérimental. Il est important de garder à l’esprit que nous pouvons effectuer plusieurs exercices avec le «Bungee». En raison de la spécificité des exercices utilisés par les auteurs de cette étude, nous avons choisi de mettre directement les exercices afin que les entraîneurs et les athlètes puissent les reproduire:

 

Hockey player workouts to build strength and speed

 

Enfin, et afin d’offrir des informations pertinentes à nos lecteurs, nous analyserons les résultats de cette étude. Pour ce faire, nous devons garder à l’esprit quelles ont été les principales variables à évaluer. Comme nous l’avons dit au début de ce billet de blog, la vitesse maximale et l’accélération sont deux paramètres qui déterminent les performances en hockey sur glace. Par conséquent, les auteurs ont mesuré la vitesse maximale sur une route de 15,2 mètres, l’accélération sur 6,1 mètres et la vitesse sur 44,8 mètres. Ci-dessous, nous avons une carte des tests qui ont été effectués.

Hockey player workouts to build strength and speed

 

Les résultats de l’étude montrent que la vitesse maximale à 15,2 mètres s’est améliorée après l’application de 8 séances de« BungeeSkate ». En effet, le groupe expérimental est passé de 2,11 ± 0,12 secondes à 1,99 ± 0,17 secondes, contrairement au groupe témoin qui est passé de 2,10 ± 0,15 secondes à 2,02 ± 0,14 secondes. De la même manière, lors du test de 44,8 mètres, le groupe expérimental a connu une amélioration passant de 7,14 ± 0,38 secondes à 6,84 ± 0,83 secondes, contrairement au groupe témoin qui est passé de 6,83 ± 0,59 secondes à 6,90 ± 0,31 secondes.

 

Derniers mots

En conclusion, et après avoir analysé en détail les études mentionnées ci-dessus, nous pouvons conclure que la formation en force et en vitesse permet aux joueurs de hockey sur glace d’améliorer deux paramètres d’une grande importance dans ce sport, tels que la vitesse maximale et l’accélération. Cependant, nous ne pouvons pas manquer de mentionner, comme nous l’avons vu, que l’un des principes les plus importants de l’entraînement est celui de la «spécificité», c’est-à-dire l’entraînement de ce que nous voulons améliorer. Dans ce cas, nous avons vu comment un outil comme le «BungeeSkate» peut aider à améliorer et à motiver les athlètes à continuer à s’entraîner sur la piste. Si vous souhaitez que vos athlètes améliorent leur performance en hockey sur glace, n’hésitez pas à entraîner la force et la vitesse sur et en dehors de la piste.

 

Références

  1. Lee C, Lee S, Yoo J. The effect of a complex training program on skating abilities in ice hockey players. Journal of physical therapy science. 2014;26(4):533-7.
  2. Buckeridge E, LeVangie MC, Stetter B, Nigg SR, Nigg BM. An on-ice measurement approach to analyse the biomechanics of ice hockey skating. PloS one. 2015;10(5):e0127324.
  3. Daehlin T, Haugen O, Haugerud S, Hollan I, Raastad T, Ronnestad B. Combined plyometric & strength training improves ice-hockey players’ on-ice sprint. Int J Sports Physiol Perform. 2016:1-22.
  4. Janot JM, Auner KA, Emberts TM, Kaatz RM, Matteson KM, Muller EA, et al. The effects of BungeeSkate training on measures of on-ice acceleration and speed. International journal of sports physiology and performance. 2013;8( 4):419-27.
Click to rate this post!
[Total: 1 Average: 5]
Unai Pérez de Arrilucea Le Floc'h
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

GUIDES VBT

DERNIERES PUBLICATIONS

AUTEURS EN VEDETTE

Obtenez le guide VBT gratuitement!

*

GUIDE VBT GRATUIT

*