Capteur de sport VBT encodeur. Comment utiliser le système VBT pour l’entraînement basé sur la vélocité

Index

Qu’est-ce que le Velocity-Based Training?

L’entraînement basé sur la vitesse (VBT) est un outil fantastique pour les entraîneurs de conditionnement physique et les professionnels du monde entier. VBT vous permet d’optimiser votre entraînement, c’est la seule façon de savoir objectivement ce qui se passe dans la salle de musculation. Le principe fondamental du VBT est de mesurer la vitesse pour contrôler les deux variables les plus importantes de l’intensité et du volume de l’entraînement. VBT est si important parce que les sciences ont montré que ne pas quantifier ce que vous faites dans la salle de musculation peut faire progresser les athlètes bien en dessous de ce qu’ils peuvent réaliser, ou pire encore.

Selon les scientifiques, l’entraînement basé sur la vitesse est la meilleure façon d’optimiser l’entraînement en force dans la salle de gym.

Les techniques d’entraînement quantitatives existent depuis de nombreuses années dans d’autres sports, non seulement au niveau professionnel, mais aussi au niveau amateur. Par exemple, au football, on voit souvent qu’un GPS est placé sur le dos ou la poitrine des joueurs de football pour savoir combien de kilomètres ils ont parcourus, combien de sprints ils ont effectués, etc. En cyclisme, par exemple, on peut voir comment ils utilisent les potentiomètres pour contrôler les zones de puissance de ceux qui pédalent afin de pouvoir planifier correctement leurs exercices et, entre autres, s’assurer qu’ils ne sont pas excessivement fatigués.
La même chose est arrivée dans la salle de musculation, comme le montrent les preuves scientifiques et empiriques. Chaque levée de poids doit être mesurée pour s’assurer que les efforts de l’athlète sont conformes au plan du coach[1,2] afin qu’il ne soit pas trop fatigué et qu’il essaie de générer la vitesse et la force les plus élevées possibles lors de chaque répétition, et d’améliorer sa performance. De cette façon, le transfert vers votre sport spécifique sera plus élevé.
Cette méthode de quantification et de mesure de ce qui se passe dans la salle de gym est appelée entraînement de force basé sur la vélocité. Comme je l’ai mentionné précédemment, elle repose sur beaucoup de preuves scientifiques. Plus de 1700 études ont été menées dans ce domaine, et les conclusions sont très claires. Des cours VBT sont même dispensés à l’Université des sciences du sport et de l’activité physique.
Si je devais définir ce que le entraînement de force basé sur la vélocité est, je dirais que c’est la seule façon d’assurer que la charge programmée par l’entraîneur est la même que ce que l’athlète perçoit pendant l’entraînement. En d’autres termes, c’est la seule façon précise de savoir ce qui est programmé sur papier est mis en œuvre dans le gymnase. Sans entraînement basé sur la vélocité, nous sommes comme aveugles, nous ne savons pas ce que nous faisons.
Comment est-ce réalisé? En mesurant la vitesse de l’ascenseur. Il existe une corrélation directe entre la vitesse à laquelle l’athlète déplace la barre et la force représentée par le poids. [3,4] Lorsque vous augmentez le poids d’une barre, peu importe la vitesse à laquelle vous essayez de la soulever, elle ralentira chaque fois qu’elle se déplacera car elle coûte plus. Par conséquent, si vous connaissez la vitesse à laquelle vous déplacez un poids quelconque, vous saurez exactement quel pourcentage de 1RM c’est, ou dans quelle zone de votre profil de charge-vitesse vous vous déplacez.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam consectetur dui hendrerit, interdum leo nec, aliquet neque. Aliquam semper ut nunc sed sollicitudin. Morbi id iaculis orci. Duis nisl turpis, congue ut euismod sed, lobortis quis lorem. Sed vel sollicitudin nunc. Proin ornare mi at lacus faucibus faucibus. Morbi dignissim porta felis ut dapibus. Suspendisse nunc quam, eleifend vitae rhoncus nec, molestie a velit. Suspendisse vehicula purus vitae euismod congue. Praesent vel fermentum neque. Mauris faucibus tortor a enim dictum, ac iaculis mauris interdum. Vestibulum tristique elit gravida lorem laoreet pretium.

Pourquoi joue-t-elle un rôle si important dans l’entraînement aux poids? Pourquoi les méthodes traditionnelles (telles que le test 1RM) se sont avérées inexactes et varient considérablement en termes de charge de programmation et d’intensité?

Les tests périodiques nécessitent beaucoup de temps et tout le monde ne peut pas l’utiliser. En plus de nécessiter beaucoup d’efforts, ces tests peuvent également produire un degré excessif de fatigue et peuvent être nocifs.
Ils sont imprécis, surtout pour les débutants, car ils ne sont pas capables d’appliquer toutes les forces possibles. [3,4]
Le 1RM varie énormément en fonction de divers facteurs tels que la météo, l’heure, la motivation, la fatigue, le stress, etc. C’est parce que le système nerveux n’est jamais constant. Par conséquent, il est très aléatoire, et les tests spécifiques ne peuvent pas donner le ton à tous vos jours d’entraînement. [3,4]
Je vais vous donner un exemple très simple et graphique que vous comprendrez facilement:
Supposons qu’aujourd’hui, nous effectuions un test de pression 1RM sur un athlète, et que son 1RM soit de 100 kg. Sur le papier, nous avons noté son 1RM et avons énuméré le poids qu’il devra entraîner les prochaines semaines. Disons que demain, vous devez utiliser 90 % du 1RM pour faire 2 séries de 2 répétitions, soit 90 kg. Comme nous pouvons le voir sur la figure ci-dessous, dans des conditions réelles, le 1RM change tous les jours, en fonction des différentes raisons que j’ai expliquées ci-dessus. Que se passerait-il si l’athlète avait une mauvaise récupération et qu’il n’avait pas la force de venir, son 1RM d’aujourd’hui étant de 93 kg au lieu de 100 kg? Eh bien, logiquement, il échouera dans la première série, et s’il essaie de faire la deuxième, il échouera également. Qu’est-ce que l’échec signifie? Eh bien, comme vous le savez déjà, en plus de surcharger votre plan, le risque de blessure augmente considérablement, et la fatigue augmente considérablement, augmentant le risque de blessure dans certains sports et réduisant peut-être votre performance. C’est sans aucun doute le pire des cas et un cas que nous devons à tout prix éviter.

La solution consisterait à utiliser un transducteur de position linéaire de sport pour mesurer la vitesse de chaque répétition. Dans ce même exemple, si nous avions utilisé un entraînement basé sur la vitesse, pendant l’échauffement de l’athlète, l’encodeur nous aurait dit que son 1RM aujourd’hui est de 93 kg (sans avoir à le soulever, il estime le 1RM à travers la vitesse d’une légère levée, et avec une grande précision.) Au lieu de celui d’hier 100 kg, et donc aujourd’hui, au lieu de mettre 90 kg sur la barre, nous aurions mis 90 % de 93 kg, soit 83,7 kg, et l’athlète soulèverait son 90 % du VRAI 1RM, 90 % de ce même moment.
C’est l’une des utilisations de l’entraînement basé sur la vélocité, je vais vous donner d’autres articles où nous expliquons l’importance de mesurer la perte de vélocité au sein de la série pour quantifier et ajuster la fatigue accumulée par l’athlète, augmentant ainsi l’efficacité de chaque série, ainsi que l’importance de fournir aux athlètes des commentaires sur leur vitesse de levage de poids, qui, selon les études scientifiques, peut leur permettre de gagner deux fois plus de force.

« Si nous pouvions mesurer la vitesse maximale des ascenseurs tous les jours et avec des informations instantanées, ce serait probablement le meilleur point de référence pour savoir si le poids est adéquat ou non. »

González-Badillo, J. J. (1991). Halterophilie. Comité Olympique Espagnol.

Vitesse et pourcentages de RM

Pour résoudre le problème des données de référence RM et nRM en termes de dosage et de programmation de charges, la vitesse d’exécution est un élément fondamental, car les améliorations neuromusculaires et les effets d’entraînement sont largement affectés par la vitesse de déplacement de la charge.
La table de « type » est très utile pour comprendre les différences liées à la charge et au mouvement. Si vous avez un appareil Vitruve, c’est vraiment très simple. Pendant l’échauffement, qui sera étroitement lié à l’exercice ou au mouvement que nous voulons mesurer, vous choisirez 4 types de charges, allant de charges faibles à très élevées. De cette façon, l’application créera votre propre courbe personnelle à travers quelques équations, et lorsque vous effectuerez des exercices « X », vos pourcentages personnels et exclusifs seront entièrement assurés. Intéressant, nous réévaluerons notre courbe de vitesse pour nous adapter à la charge environ tous les quinze jours.
Tous les jours, nous pouvons gérer la charge qui peut être soulevée, car nous savons que chaque jour, nos athlètes ou nous-mêmes avons une capacité de travail différente. L’encodeur nous fournira une charge précise, à la vitesse que nous voulons traiter ce jour-là.

Nous devons également garder à l’esprit que, étant normatifs et génériques, ils ont un léger problème car nous ne sommes pas exactement les mêmes et il y a un certain degré de variabilité entre les personnes. Pour cette raison, il est recommandé de créer votre propre profil force-vitesse. Avec l’encodeur Vitruve, vous pouvez créer votre propre profil de tous les exercices en seulement 5 levées. Un profil de charge-vitesse est essentiellement la vitesse à laquelle vous êtes capable de déplacer un certain pourcentage de votre 1RM. Les conseils donnés lors de la création d’un profil de vitesse sont une progression logique d’un certain pourcentage d’une répétition maximale pour un exercice donné. Cela pourrait être de 3 à 6 levées avec différents poids. Par exemple, vous pouvez utiliser 50, 60, 80, 85% de 1 RM. Cela vous permettra d’avoir une large gamme de vitesse uniforme, ce qui générera un profil de vitesse complet et nous saurons à quelle vitesse chaque pourcentage de nos athlètes se déplace. Il est important de souligner à nouveau que la relation entre le pourcentage de charge du nombre maximal de répétitions et la vitesse varie entre les athlètes et entre les différents exercices.
Le profil de vitesse de chargement n’est pas seulement destiné à estimer le RM1 ou à savoir la vitesse à laquelle un athlète soulève chaque % de son RM1, mais sert également à évaluer si l’athlète améliore son profil tout au long de la météo. Si vous répétez ce test avec le même poids après 3 mois, vous pouvez rapidement voir si l’athlète a augmenté la vitesse de ce poids. Après tout, c’est l’objectif de tout athlète de mobiliser le même poids. La vitesse de chargement est plus rapide, en d’autres termes, une plus grande force peut être générée sous la même résistance.

La perte de vitesse dans la série: le degré de fatigue

En sachant la fatigue ou le degré d’effort d’une série, nous pouvons savoir si la charge de travail est à son meilleur. Il a été démontré que la fatigue excessive avait un effet négatif sur les performances des athlètes, rendait leur récupération pire et augmentait donc leur risque de blessure dans certains sports. D’un autre côté, un travail insuffisant ne permettra pas d’améliorer tout ce que les athlètes peuvent faire.

Pour tout cela, l’entraînement basé sur la vitesse offre une solution très claire. En utilisant la vitesse de la première répétition et la perte de vitesse dans la série, nous pouvons obtenir les données les plus claires et les plus directes. Comme direction dans le tableau ci-dessous, nous pouvons voir une relation simple entre la perte de vitesse et le nombre de répétitions possibles.

Commentaires

L’un des grands avantages de l’entraînement à la force basé sur la vélocité est qu’il permet de fournir des commentaires en temps réel à un athlète pendant l’entraînement. En tant qu’entraîneur, nous pourrions cibler des métriques comme la puissance maximale, la vélocité maximale, la puissance moyenne, la vélocité moyenne, pour ne citer que quelques exemples. Ces informations en temps réel stimuleront l’enthousiasme de l’athlète et tenteront d’augmenter chaque répétition à la vitesse maximale possible pour générer la force maximale possible, ce qui permettra d’obtenir la plus haute qualité de toutes les répétitions et de lui permettre de gagner plus de force.
Cela fournit un puissant paradigme d’apprentissage associatif pour établir des boucles de rétroaction psychologiques. Cela est lié à la psychologie de l’entraînement, qui produit essentiellement plus de succès dans votre plan, car en fournissant des commentaires sur ce qu’ils font, quel que soit le fardeau qu’ils portent sur la barre, ils feront toujours de leur mieux. Heureusement, ce n’est pas seulement ce que nous avons vu chez tous les clients, mais la science l’a également prouvé. Soulever chaque représentant aussi rapidement que possible peut donner à tout athlète plus de puissance que de simplement soulever. De plus, c’est là que VBT a du sens. Il a été prouvé que en fournissant aux athlètes des commentaires sur leur vitesse de levage, cela leur permet de soulever autant de fois que possible sans le savoir. Aussi vite que possible.

Autorégulation

Lorsque nous parlons de régulation de soi en entraînement, nous faisons référence à un système de gestion de la capacité qui régule la capacité d’un individu particulier à travailler. Le VBT nous permet de répondre aux besoins individuels de chaque athlète tout en apportant des ajustements instantanés à tous les paramètres d’entraînement. Une des erreurs les plus courantes en entraînement est que nous utilisons un pourcentage arbitraire qui représente la valeur de répétition maximale (RM%). Cela ne représente pas entièrement l’état de préparation à l’entraînement actuel de l’athlète, ce qui peut entraîner de graves problèmes de gestion et d’adaptation. Il est important de comprendre que chaque athlète s’améliore à son propre rythme et que sa performance change chaque jour, en fonction de nombreuses variables que nous ne pouvons pas contrôler (repos, alimentation, problèmes personnels, motivation…). En tant que entraîneurs, notre travail consiste à être en mesure de comprendre l’état quotidien de chaque athlète, afin d’ajuster la charge en fonction de leur situation réelle, de sorte que l’estimation de l’entraînement soit idéale. En utilisant des outils comme VBT, nous pouvons éviter ces problèmes car nous fournissons une précision en temps réel grâce à diverses méthodes de rétroaction fournies par VBT. En fin de compte, nous essayons de ne pas surcharger ou de laisser nos athlètes aller trop loin, car nous augmenterons considérablement le risque de blessure et, comme mentionné dans diverses études scientifiques, nous réduirons leur performance.

Les appareils de formation basés sur la vitesse

Pour mesurer la vitesse du bar, logiquement, vous avez besoin d’un appareil qui puisse le mesurer. Il existe différentes technologies sur le marché, certaines d’entre elles pouvant le faire avec précision, tandis que d’autres ne le promettent que, ce qui est loin d’être précis et utile pour l’entraînement à la force basé sur la vitesse.Nous pouvons diviser ces technologies en 3 groupes.

1. La technologie basée sur la caméra:

En général, ils sont beaucoup plus chers que les autres technologies. Ce qui est fait, c’est de mesurer la vitesse de la tige par reconnaissance d’image. Selon des recherches récentes, ils ne sont pas très précis. À titre personnel, compte tenu du prix, de l’installation requise et de la précision fournie, je ne les recommande pas. [5]

Etabli monté, barre et système de caméra avec marqueurs de capture de mouvement 3D. [5]

2. La technologie basée sur l’accéléromètre:

Ils sont de très petits appareils avec une IMU intégrée, qui peut mesurer l’accélération de la barre et indirectement mesurer la vitesse. Pour être honnête, en raison de leur petite taille et de leur portabilité, ils sont les appareils les plus confortables à utiliser. Mais dans ce cas, ce n’est plus seulement mon opinion, mais la dernière preuve scientifique. Dans tous les tests d’exactitude effectués sur ces appareils, il est déterminé qu’ILS NE SONT PAS DU TOUT PRÉCIS OU COHÉRENTS, ils ne sont donc d’aucune utilité. Je l’ai essayé moi-même. Ils, et ont parlé à d’innombrables entraîneurs qui l’ont utilisé, nous sommes tous d’accord sur la même chose, ils échouent régulièrement, et la vitesse est presque aléatoire. Face à la même enquête, ces appareils ont affiché des vitesses différentes. Compte tenu de la différence causée par la différence de VBT de 0,01 m/s, il est absurde d’utiliser une technologie avec une telle erreur énorme.

Attachement d’accéléromètre au barbell. (9)

3. La technologie des codeurs linéaires:

C’est la « technologie de référence » de VBT. Il n’y a aucun doute que c’est la technologie la plus précise et puissante du marché, la technologie utilisée dans la plupart des recherches scientifiques et la technologie utilisée par les professionnels. Jusqu’à il y a quelques années, son seul inconvénient était le prix, et dans certains cas, il fallait un ordinateur portable pour l’utiliser. Mais aujourd’hui, ce n’est plus un problème.

L’encodeur linéaire VBT de Vitruve

Comment choisir le bon appareil VBT?

Il y a certaines questions que tout entraîneur doit se poser lorsqu’il achète un dispositif VBT. La première chose à faire est de savoir si le dispositif en question a publié des recherches scientifiques dans des revues à impact élevé (telles que JSCR) pour prouver la précision et la cohérence de ses mesures. C’est le point le plus important, tout dispositif qui ne l’inclut pas (Il y en a beaucoup sur le marché qu’ils ne semblent pas) doit être éliminé. Mettez l’accent sur l’importance que la recherche a été publiée dans des revues à impact élevé et par des chercheurs bien connus, sinon, nous ne pourrons pas garantir la validité de la recherche. J’ai fait un commentaire car certaines entreprises ont publié leur propre « recherche » sur leur site Web, où elles « ont montré » leur précision, mais il n’y a toujours pas de recherche sérieuse pour le prouver.
L’objectif de cette étude, publiée dans JSCR [6], est de comparer la fiabilité et l’efficacité de sept dispositifs disponibles sur le marché pour mesurer la vitesse de mouvement pendant un exercice de pression sur banc. La variabilité des valeurs mesurées qui se produit entre les différentes répétitions dans le dispositif est également étudiée. En conclusion, on détermine que l’encodeur Vitruve est le plus précis, et c’est également l’encodeur recommandé par les chercheurs pour VBT. Ils ont également ajouté qu’il faut utiliser les accéléromètres avec soin car ils ont des erreurs.

Pérez Castilla, Alejandro & Piepoli, Antonio & Delgado García, Gabriel & Garrido, Gabriel & García Ramos, Amador. (2019).

Une fois sa fiabilité vérifiée, vous devez chercher un appareil rapide et facile à utiliser qui soit doté d’une application intuitive pouvant enregistrer les données dans le cloud afin que vous ne les perdiez pas et vous fournir les meilleures informations importantes, et que votre athlète puisse s’en occuper. Pour pouvoir le vérifier, vous pouvez rechercher des tutoriels sur l’utilisation de l’appareil, ou selon la société, voir s’ils offrent un retour garanti d’un mois pour le tester dans un environnement réel.
Enfin, si vous vous entraînez avec plusieurs athlètes en même temps, vous aurez peut-être besoin de plusieurs appareils, et surtout, une application vous permet de gérer plusieurs athlètes sur différents appareils en même temps. Le coach a besoin d’environ 1 équipement pour 3-5 athlètes afin de rendre leur entraînement plus fluide et de les quantifier tous. C’est pourquoi, en fonction du budget disponible, vous êtes toujours plus intéressé par une marque que par une autre.

Dispositifs d’entraînement basés sur la vitesse pour les séances d’entraînement individuelles

L’avantage de l’entraînement à la force basé sur la vitesse est qu’il peut être adapté à tout type d’athlète dans n’importe quelle discipline. De nombreux appareils sur le marché, en raison de leur portabilité limitée ou de leurs applications complexes, empêchent les équipes de intégrer efficacement l’entraînement basé sur la vélocité dans leurs entraînements.
Si vous travaillez en équipe, vous saurez à quel point le temps est limité et à quel point tous les athlètes doivent s’entraîner pour faire ce qu’ils doivent faire. Dans ce cas, vous devez bien choisir la technologie.
D’une part, il doit avoir une application qui permet à plusieurs athlètes de s’entraîner à plusieurs endroits en même temps. La transition d’un athlète à l’autre doit être très rapide et elle doit également être très simple afin que l’athlète puisse traiter l’application avec quelques instructions. L’application doit être capable de télécharger des données sur le cloud en temps réel afin que tous les iPads/téléphones mobiles de la salle de sport puissent enregistrer toutes les informations de tous les athlètes. Les athlètes peuvent effectuer différents exercices sur différentes plates-formes sans confusion ni perte d’informations.
Par exemple, si vous entraînez 25 athlètes en même temps, vous aurez besoin de 5 à 6 appareils pour équiper tous les postes de travail. En même temps, vous aurez au total 5 à 6 athlètes soulevant des poids, chaque athlète ayant son propre codeur, et chaque athlète ayant son propre application. As a coach, it is almost impossible for you to manage 6 applications at the same time, so it must be managed by the athlete.
Un autre avantage du VBT est que les athlètes se motivent et se concurrencent les uns les autres, créant ainsi un environnement concurrentiel qui leur permet de maximiser chaque levée. Certaines applications comme la nôtre permettent de créer un classement où les athlètes peuvent se comparer en fonction de la vitesse ou de la force et de la force relative générée. Selon nos clients, les changements dans l’environnement d’entraînement sont incroyables.

Perché scegliere Vitruve?

Quand nous avons créé Vitruve, il y avait déjà des encodeurs coûteux et moins portables, ainsi que des accéléromètres imprécis. Une chose que nous savons très clairement, c’est que nous ne ferons pas de choses imprécises, et que nous ne vendrons pas de produits de mauvaise qualité à nos clients.
En outre, nous avons été et serons très conscients de l’importance de la VBT pour tout athlète, et nous espérons mettre au point un outil facile à utiliser qui puisse être utilisé même par les équipes ayant moins de temps disponible. D’autre part, la plupart des équipes et des entraîneurs ont des budgets très limités. Un des défis que nous devons relever est d’atteindre une précision aussi élevée que la technologie la plus coûteuse, très facile à utiliser et très économique.
Aujourd’hui, nous pouvons fièrement dire que nous avons atteint cet objectif. Notre appareil a été vérifié par JSCR comme étant l’appareil le plus précis sur le marché (comparé à 6 autres appareils). Pour le valider, il a été comparé au système Tri Opti Track, qui est considéré comme la référence en termes de précision. Ce dernier consiste en une caméra de positionnement 3D haute résolution.
Nous avons des milliers de clients dans le monde entier, des équipes professionnelles telles que les Cleveland Indians, l’Atletico de Lisbonne et l’Atletico Madrid à la Fédération américaine de football, la plupart de la Fédération espagnole, des centaines d’athlètes olympiques, aux entraînements sportifs dans des centres comme le Beimel Elite Track and Field Center.
La meilleure partie est que nous avons réussi à ce que ce ne soient pas seulement les équipes professionnelles qui l’utilisent, mais aussi les amateurs.https://www.youtube.com/watch?v=kwAzhNkeb2U&ab_channel=Vitruve

Avantages de mesurer vos exercices avec le dispositif d’entraînement Vitruve basé sur la vélocité

Si vous lisez cet article, vous savez probablement déjà quelque chose sur l’entraînement par la vitesse de VBT, mais dans tous les cas, je vais résumer les avantages de l’entraînement par la vitesse basé sur la force pour vous.
À la début de cet article, j’ai expliqué l’importance de mesurer la vitesse d’exécution et sa relation avec l’intensité, mais je n’ai pas mentionné comment nous pouvons utiliser cette relation à notre avantage.
Les trois principaux problèmes qu’il résout sont les suivants: l’ajustement de l’intensité, l’ajustement du volume et l’amélioration de la motivation de l’athlète, afin qu’il puisse produire la plus grande force possible dans chaque répétition.

1.- Nous savons déjà qu’il n’est pas recommandé de soulever le 1RM lors des séances d’entraînement en raison du [3,4] risque élevé de blessure et de la fatigue qu’il produit chez les athlètes. Avec l’encodeur Vitruve, vous pouvez créer un profil de chaque athlète, le personnaliser entièrement pour estimer son 1RM quotidien, sans avoir à approcher l’échec.
En plus de cela, avec ce profil, vous pouvez comprendre dans quels domaines travaillent vos athlètes, car en fonction des sports dans lesquels ils sont engagés, vous aurez envie de vous exercer dans certaines zones de puissance ou d’autres domaines.

2.- Un des problèmes des méthodes d’entraînement traditionnelles est de programmer les répétitions que chaque athlète doit faire. C’est un problème car plusieurs athlètes, même s’ils utilisent le même pourcentage de 1RM, s’ils font tous le même nombre de répétitions, ils ne seront pas également fatigués et leurs efforts seront différents. La seule façon de pouvoir programmer et contrôler cet effort est de quantifier la fatigue de la série, ce qui se fait par la perte de vitesse dans la série.
L’une des avantages fournis par la possibilité de contrôler la fatigue est que vous pouvez vous assurer que votre athlète n’est pas trop fatigué et n’affecte pas sa performance. Il a été montré que la fatigue de plus de 20-25% ne permettra pas l’avantage de la force accrue, il n’a donc pas de sens de continuer à répéter au-delà de la fatigue, car nous ne ferons que fatiguer l’athlète et réduire sa performance.

3.- Le troisième point important que le VBT résout est l’intention de chaque levée. Je peux vous assurer que presque tous les athlètes qui n’utilisent pas le VBT ne souleveront pas chaque répétition aussi rapidement que possible, c’est-à-dire qu’ils ne généreront pas toute la puissance qu’ils peuvent développer à chaque levée.

Ce ne serait pas un problème si ce n’était pas le fait que la science a montré que vous pouvez vous améliorer jusqu’à deux fois plus si la vitesse maximale possible est appliquée à chaque répétition.
C’est très important pour nous, alors nous avons ajouté un retour audio et visuel.
En vérifiant à quelle vitesse vous vous améliorez, nous effectuerons automatiquement toutes les répétitions aussi rapidement que possible, vous serez piqué sans le savoir et l’environnement de formation sera complètement changé.
L’athlète a cessé de faire la série pour être complétée et a commencé à se comparer à lui-même dans chaque levée de poids, ce qui a considérablement amélioré ses performances.
Il peut sembler mauvais pour nous de le dire, mais aussi objectivement que possible, nous croyons que Vitruve est le meilleur appareil VBT que vous trouverez.
Nous l’avons créé après avoir pris en compte tous les problèmes des appareils sur le marché, et nous avons réussi à avoir un appareil très bon marché, très facile à utiliser et surtout super précis.
De plus, nous sommes assez sûrs que vous l’aimerez, alors nous vous offrons un retour garanti de 30 jours. Vous pouvez commander votre Vitruve. Une fois qu’il arrive à la maison, vous aurez 30 jours pour le tester avec vos athlètes dans le gymnase. Si nous ne pouvons pas vous convaincre pour une raison quelconque, vous pouvez nous le retourner et nous vous rembourserons votre argent.

Les lignes directrices pour commencer la VBT à partir de zéro sont les suivantes :

Dans cet article, nous avons vu d’une part quels sont les trois principaux problèmes que le entraînement de force basé sur la vitesse résout, et comment choisir des outils efficaces pour appliquer ces trois points.
Si vous n’avez aucune expérience en VBT, vous pensez peut-être que mettre en œuvre tout cela est trop compliqué et que vous serez submergé par toutes les informations que nous vous fournirons. Mais ne vous inquiétez pas, car c’est normal et cela est arrivé à de nombreux entraîneurs avec qui j’ai parlé au fil des ans. En fait, nous avons réalisé qu’il y avait une courbe d’apprentissage dans tous les domaines et qu’il n’était pas possible d’aller de 0 à 100 en un jour.
Pour cette raison, et en analysant ceux qui peuvent en tirer le plus grand bénéfice de la VBT et ceux qui sont les plus faciles à mettre en œuvre, nous avons développé une pyramide indiquant les étapes à suivre pour mettre en œuvre la VBT étape par étape et finalement maîtriser en peu de temps.

Comme vous pouvez le voir dans la pyramide ci-dessus, nous pensons que les commentaires sont ce qui nous apporte le plus d’avantages dans la salle de gym, car ils offrent un rapport coût / bénéfice. Sans avoir à modifier le programme d’entraînement actuel, simplement en mettant l’encodeur devant les athlètes, vous verrez comment ils commencent à se motiver et à soulever la barre beaucoup plus rapidement afin qu’ils puissent faire plus de progrès.
Depuis qu’il est très simple à mettre en œuvre, je suggère que vous mettiez d’abord l’écran de codage devant les athlètes, leur donniez simplement des commentaires et leur demandiez de ne pas ralentir autant que possible.
Une fois que l’athlète est habitué à appliquer la vitesse la plus élevée possible à chaque répétition, et une fois que vous êtes satisfait de l’application, vous pouvez passer à la deuxième étape.
Dans la deuxième étape, vous avez 2 options, dont une est d’utiliser la formule fournie par l’application pour estimer le 1RM journalier de chaque athlète afin de comprendre combien de poids doit être placé sur la barre pendant chaque séance d’entraînement.. La seconde option est de ne jamais estimer le 1RM et d’utiliser toujours la zone de vitesse. En utilisant le tableau ci-dessus pour montrer les différentes vitesses en pourcentage de 1RM dans différents exercices, vous pouvez savoir que si vous voulez que votre athlète s’entraîne, par exemple son squat à 80 %, il doit mettre un poids sur sa barre à 0,68 m/s. Une fois que l’athlète trouve ce poids, vous saurez qu’il a vraiment utilisé 80 % de son 1RM.
Zones de vitesse peuvent être plus difficiles à comprendre, car la grande majorité des entraîneurs sont habitués à parler et à programmer en fonction d’un pourcentage de 1RM. Mais l’avantage des zones de vitesse est qu’ils n’ont pas besoin d’estimer le 1RM, car si l’estimation est fausse pour différentes raisons, l’athlète n’utilisera pas le pourcentage correspondant à son 1RM.

Enfin, une fois que vous pouvez laisser chaque athlète déterminer le poids, il doit placer sur la barre en estimant son 1RM ou à travers la zone de vitesse, vous pouvez commencer à quantifier la fatigue.

Comme avec la deuxième étape, il y a deux façons de le faire. Si, lors de la deuxième étape, vous ajustez la charge de l’athlète estimée en 1RM par le profil par défaut ou par le profil de perte de vitesse de charge individualisé de chaque athlète (ceci est plus avancé, je pense que ce n’est pas la meilleure explication dans cet article), vous devez donc pouvoir ajuster la fatigue de chaque série.. Ce pourcentage doit être compris entre 5 et 25%, car, comme nous l’avons vu précédemment, la fatigue de votre athlète peut être contre-productive.Cependant, si vous utilisez une zone de vélocité, vous n’avez qu’à augmenter la vélocité de coupe, et une fois que l’athlète tombe en dessous de cette vélocité, il terminera son ensemble. Par exemple, si nous exigeons que la vélocité de l’athlète soit de 1 m/s et que nous voulions qu’il soit 10 % fatigué, nous activons une zone de vitesse entre 1-0,9 m/s, et lorsque l’athlète ralentit, il accélère en dessous de 0,9 m/s. S’accumulera 10 % de fatigue. Vous le voyez exactement de la même manière, mais l’expression est différente. Nous aimons particulièrement utiliser la zone de vélocité, elle fait gagner beaucoup de temps aux athlètes et rend les instructions plus simples.
Enfin, nous avons le quatrième point «autre», qui consiste essentiellement en beaucoup de tests et d’expérimentations utilisant des encodeurs. Par exemple, en analysant la amplitude de mouvement d’un groupe d’athlètes, vous pouvez vérifier s’il a une technique automatisée, car des changements excessifs dans l’amplitude de mouvement signifient que l’athlète ne peut pas faire deux répétitions égales.
Ce quatrième point couvre beaucoup d’utilisations, mais je pense que pour l’instant, avec les 3 étapes de base que je vous ai expliquées, elles suffisent.
Pour résumer, voici les lignes directrices que vous devez suivre pour mettre progressivement en œuvre le VBT. Vous devez vous rappeler que si vous ne vous sentez pas à l’aise et que vous ne vous sentez pas capable de le contrôler, vous ne pouvez pas passer au point suivant:

1.- Seulement utiliser les commentaires et obtenir l’athlète pour soulever aussi vite que possible.

2.- Ajuster le poids en estimant le RM ou la vélocité.

3.- Ajuster la fatigue par la perte de vélocité en pourcentage ou la zone de vélocité.

Si vous avez des questions après avoir lu l’article, n’hésitez pas à nous écrire et nous vous aiderons! De plus, je vous recommande de vérifier notre chaîne YouTube car nous commençons à télécharger du contenu ici.

Références

  1. González-Badillo, J. J. (1991). Halterophilie. Comité Olympique Espagnol.
  2. Jovanovic M, and Flanagan EP. (2014). Researched applications of velocity based strength training. J. Aust. Strength Cond. 22(2)58-69. https://www.researchgate.net/publication/265227430_Researched_Applications_of_Velocity_Based_Strength_Training
  3. Zourdos MC, Dolan C, Quiles JM, Klemp A, Jo E, Loenneke JP, Blanco R, Whitehurst M. Efficacy of daily 1RM training in well-trained powerlifters and weightlifters: a case series. Nutr Hosp 2016;33:437-443. https://www.researchgate.net/publication/284179354_Efficacy_of_Daily_1RM_Training_in_Well-Trained_Powerlifters_and_Weightlifters_A_Case_Series
  4. Izquierdo, M., Ibañez, J., González-Badillo, J. J., Häkkinen, K., Ratamess, N. A., Kraemer, W. J., French, D. N., Eslava, J., Altadill, A., Asiain, X., & Gorostiaga, E. M. (2006). Differential effects of strength training leading to failure versus not to failure on hormonal responses, strength, and muscle power gains. Journal of applied physiology (Bethesda, Md. : 1985), 100(5), 1647–1656.
  5. McGrath, Gary & Flanagan, Eamonn & O’Donovan, Paul & Collins, Dj & Kenny, Ian. (2018). Velocity based training: Validity of monitoring devices to assess mean concentric velocity in the bench press exercise Journal of Australian Strength and Conditioning ASCA. Journal of Australian Strength and Conditioning ASCA. 26.
  6. Pérez Castilla, Alejandro & Piepoli, Antonio & Delgado García, Gabriel & Garrido, Gabriel & García Ramos, Amador. (2019). Reliability and Concurrent Validity of Seven Commercially Available Devices for the Assessment of Movement Velocity at Different Intensities During the Bench Press. The Journal of Strength and Conditioning Research. 33. 10.1519/JSC.0000000000003118.
  7. Mann, B., Kazadi, K., Pirrung, E., & Jensen, J. (2016). Developing explosive athletes: Use of velocity-based training in athletes. Muskegon Heights, MI: Ultimate Athlete Concepts.
  8. Badillo, J. J. G. (2017). La velocidad de ejecución como referencia para la programación, control y evaluación del entrenamiento de fuerza. Ergotech.
  9. Sato, Kimitake & Sands, William & Stone, Michael. (2012). The reliability of accelerometry to measure weightlifting performance. Sports biomechanics / International Society of Biomechanics in Sports. 11. 524-31. 10.1080/14763141.2012.724703.
Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

GUIDES VBT

DERNIERES PUBLICATIONS

AUTEURS EN VEDETTE

Obtenez le guide VBT gratuitement!

*

GUIDE VBT GRATUIT

*